Affaire Paul Bismuth : Gilbert Azibert conteste avoir fourni des informations secrètes

·1 min de lecture

L’audition de l’ancien magistrat Gilbert Azibert était très attendue mercredi au tribunal correctionnel de Paris, dans le procès dit des "écoutes" dans lequel comparait l’ancien Président de la République Nicolas Sarkozy, poursuivi pour corruption et trafic d'influence. Gilbert Azibert est soupçonné d’avoir accepté de fournir des informations confidentielles à Thierry Herzog, l’avocat de Nicolas Sarkozy, dans l’espoir d’obtenir une promotion : un poste de magistrat à Monaco, qu’il n’obtiendra finalement jamais.

>> Retrouvez Europe Soir avec Julian Bugier en replay et en podcast ici

Gilbert Azibert et Thierry Herzog, des amis de longue date

Gilbert Azibert s’est longuement défendu mercredi. Il conteste avoir fourni des informations secrètes et explique que Thierry Herzog, son ami de 25 ans, ne l’a pas sollicité pour obtenir des informations privilégiées pour la fameuse décision de la Cour de cassation au sujet des agendas présidentiels. Il concède seulement avoir discuté ensemble d’aspects juridiques.

>> LIRE AUSSIAffaire Paul Bismuth : à la reprise de son procès, Nicolas Sarkozy dénonce des "infamies"

La présidente a lu à haute voix les conversations téléphoniques de Thierry Herzog à Nicolas Sarkozy, disant que Gilbert Azibert avait "bien bossé", qu’il avait "déjeuné avec un collègue", qu’il avait fait "le truc à l’intérieur". Réponse cinglante de l’intéressé : "Je conteste formellement avoir tenu ces propos. Je n’ai jamais eu connaissance de l’avis, ni cherché...


Lire la suite sur Europe1