Affaire Patricia Bouchon : le mari de la joggeuse assassinée provoque un incident au deuxième jour du procès

franceinfo
Le mari de la victime a estimé à la barre que l'avocat général avait une posture partiale.

Jeudi 14 mars, la première journée du procès de Laurent Dejean, 39 ans, accusé du meurtre de Patricia Bouchon, alors qu'elle faisait son jogging, a été très difficile à vivre pour les parties civiles. Patricia Bouchon, secrétaire juridique, a été assassinée le 14 février 2011 à Bouloc, près de Toulouse.

Vendredi, le deuxième jour de ce procès, qui se déroule aux assises de Haute-Garonne, a été marqué par un incident qui a opposé le mari de Patricia Bouchon à l'avocat général, rapporte France Bleu Occitanie. Le mari de Patricia Bouchon a reproché la posture "partiale", selon lui, lors de la première journée d'audience, de l'avocat général, qui a menacé en retour de se retirer, avant que le calme ne revienne.

En effet, jeudi, les déclarations à la barre des directeurs d'enquête de la cellule Disparition 31 pilotée par les gendarmes, ont été contestées non seulement par les avocats de la défense, mais aussi par le ministère public. À propos d'un témoignage anonyme qui met les gendarmes sur la piste de Laurent Dejean, l'avocat général David Sena a estimé qu'il s'agissait d'un "renseignement isolé". Plus tard, il a remis en cause le témoin-clé qui affirme avoir vu Laurent Dejean le matin du meurtre. Une attitude qui a donc déplu au mari de la victime, Christian Bouchon, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi