Affaire Otom : La justice française demande à se rendre aux Seychelles et ordonne un complément d'expertise

·2 min de lecture

INFO «20 MINUTES» - Le street artist niçois Thomas Debatisse doit être jugé aux Seychelles pour le meurtre de sa compagne en février prochain

Lors d’une audience, le 8 novembre au palais de justice des Seychelles, Thomas Debatisse a à nouveau clamé son innocence. « Je rejette toutes les accusations contre moi » et « je plaide non coupable », a-t-il déclaré selon des propos rapportés par le site Seychelles News Agency. Poursuivi sur place pour le meurtre de sa compagne, retrouvée pendue dans leur chambre, au Club Med de l’île de Sainte-Anne le soir du 27 avril, le street artist niçois de 34 ans surnommé Otom y sera jugé à partir du 3 février 2022. Il encourt la prison à perpétuité.

Selon les autorités sur place, Emmanuelle Badibanga, 32 ans, aurait été victime de violences et d’un étranglement. Pendant ce temps-là, en France, la justice, dont d’autres examens pourraient au contraire attester la thèse du suicide, continue d’enquêter. « Nous venons d’ordonner un complément d’expertise médico-légale sur les circonstances du décès », annonce ce mercredi à 20 Minutes le procureur de la République de Nice, qui espère aussi pouvoir se rendre dans l’archipel, avec un de ses adjoints et des enquêteurs niçois.

Soumis à l’autorisation de cet état de l’océan indien

« Nous sommes dans l’attente du retour d’une demande de transport sur place », précise ainsi Xavier Bonhomme, expliqua(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Menton : Après le décès de Jean-Claude Guibal et vingt-deux démissions, il y aura bien une nouvelle élection municipale
Renaud Muselier annonce qu’il va quitter Les Républicains
Nice : De la chasse aux tags à un mur d’expression, le street art s’impose doucement en ville
Nice : Un chef d’entreprise condamné pour n’avoir déclaré aucun de ses 73 salariés
Affaire Otom : Le street artiste niçois accusé de féminicide aux Seychelles face à la justice
Affaire Otom : Un suicide plutôt qu’un féminicide aux Seychelles ? L’enquête en France privilégie la thèse d’une pendaison
Mission Dart : « Une explosion nucléaire ne serait utilisée qu’en dernier recours pour dévier un astéroïde », explique l’astrophysicien Patrick Michel

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles