Affaire Olivier Duhamel : cette scène gênante lors de l’hommage après la mort d’Evelyne Pisier

·1 min de lecture

Depuis les révélations de Camille Kouchner, les pièces d'un puzzle complexe se reconstituent peu à peu. Dans La familia grande, paru le 7 janvier dernier, l'avocate et fille de Bernard Kouchner raconte les abus sexuels subis par son frère jumeau pendant leur adolescence. Des viols qui auraient été commis à la fin des années 1980 par leur beau-père de l'époque, le célèbre politologue Olivier Duhamel. Au-delà du récit d'un inceste, la juriste tente de déconstruire les mécanismes de la loi du silence, nourrie par leur mère, Evelyne Pisier, qui a refusé de les soutenir elle et son frère, mais aussi par le principal protagoniste de l'affaire, Olivier Duhamel lui-même.

L'intellectuel, homme par essence de réseaux, aurait su cultiver ses différentes relations, dont certaines, mises au courant des viols, n'auraient tout simplement pas agi. Et c'est dans le cadre de cette omerta assumée qu'a eu lieu un hommage, deux mois après la mort d'Evelyne Pisier, le 21 avril 2017. Comme le raconte Le Monde, les amis parisiens de la célèbre professeure en droit public se sont réunis, ce jour-là, dans l’hôtel particulier qui abrite le Centre national du livre, pour célébrer sa mémoire. Parmi eux, le président de la République de l'époque, François Hollande, avec qui Olivier Duhamel a manifesté sa complicité, mais aussi Nadia Marik, la veuve de l’ancien directeur de Sciences Po Richard Descoings, qui passait l'été dans la maison de vacances de l'intellectuel, à Sanary-sur-Mer dans le Var.

"Le politiste (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Evelyne Pisier « buvait beaucoup et ne s’intéressait pas aux enfants » : ce témoignage édifiant
VIDÉO - Bruno Le Maire très gêné par une question de Philippe Etchebest
Marielle de Sarnez morte d’une leucémie foudroyante : « Elle s’est battue avec un infini courage »
VIDÉO - Camille Kouchner : "Marie-France Pisier remettait le monde à l'endroit"
L’empire de Donald et Melania Trump en péril : déjà 14 millions d’euros qui partent en fumée