Affaire Olivier Duhamel, Marie-France Pisier hantée par un autre drame : "C'est un truc ravageur"

·1 min de lecture

Le clan Pisier n'a pas été épargné. En 1988, Marie-France Pisier a 44 ans lorsqu'elle découvre le corps de sa mère, Paula Caucanas, 66 ans. Celle-ci a décidé de mettre fin à ses jours et s'est assurée pour que ses enfants la retrouvent. Un drame de plus pour l'actrice qui venait de perdre son père, George Pisier, qui s'est également suicidé deux années auparavant. "C'est un truc ravageur", dira-t-elle plus tard dans une interview accordée au journal Le Figaro, "surtout lorsqu'il est répété deux fois dans une vie." Hantée par la disparition inexpliquée de sa mère, la comédienne est plongée dans la souffrance. "Ce qui surnage, en plus de la douleur, c'est cette impression de culpabilité : se dire que l'on n'a pas tendu la main au bon moment."

Armée d'une volonté d'acier et d'un esprit combatif, Marie-France Pisier décide de faire face aux fantômes de ses parents, eux qui la suivent jusque dans ses rêves. "Les scènes que j'ai vécues me revenaient comme des cauchemars. (...) Alors j'ai décidé de me retourner vers mon passé." Elle extériorise ainsi sa peine à travers son art, notamment avec son film, Comme un camion (2002), dans lequel elle met sa vie en scène et se glisse dans la peau de Paula. Mais si elle croit dur comme fer au pouvoir guérisseur de la parole, sa sœur aînée, Évelyne, fait taire sa douleur et sombre dans l'alcoolisme avec, comme pilier central, son époux Olivier Duhamel.

Outre la mort de Paula Caucanas, dont elle a été proche, Évelyne Pisier apprenait aussi que (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Le saviez-vous ? Kate Middleton et William ont fait signer un accord de confidentialité pour leur gâteau de mariage
Prince Louis, le fils de Kate et William : quel genre de petit garçon est-il ?
Divorce de Robert De Niro : c'est la guerre des millions avec son ex Grace Hightower !
Le saviez-vous ? Marie-France Pisier a vécu une idylle avec Bernard-Henri Lévy
Meghan Markle et Harry pas regrettés à Buckingham : "C'est beaucoup plus paisible"