Affaire Olivier Duhamel : Luc Ferry “sidéré” par les révélations

·1 min de lecture

Dans son ouvrage La Familia Grande, qui paraîtra ce jeudi 7 janvier aux éditions du Seuil, Camille Kouchner brise l'omerta. Après s'être terrée dans le silence pendant plus de 30 ans, l'avocate de 45 ans lève le voile sur un secret de famille, le viol de son frère jumeau par son beau-père, le politicologue Olivier Duhamel, alors qu'ils étaient encore adolescents. Des accusations qui font couler beaucoup d'encre et auxquelles a réagi Luc Ferry, intime de la famille, auprès du Figaro.

"Sidéré", "consterné" par les révélations de la fille de Bernard Kouchner, l'ancien ministre peine à réaliser. "Je n'aurai jamais pu imaginer une chose pareille. Je n'ai rencontré la famille qu'au début des années 1980 parce que je donnais un cours à Paris I avec Evelyne Pisier", explique-t-il, assurant que depuis, ses liens avec Olivier Duhamel se sont distendus. "Pour le reste, ce monde de gauche chic était aux antipodes du mien", révèle-t-il.

Un témoignage qui intervient alors que Camille Kouchner écrit de son côté que "tout le monde savait". Invitée d’Anne-Elisabeth Lemoine sur le plateau de C à vous ce mardi 5 janvier, la reporter du Monde Ariane Chemin a d'ailleurs confirmé les dires de la jeune femme. “Je suis fascinée de voir, en quelques heures, le nombre de personnes qui vous disent : ’Mais tu ne savais pas ?’ Non !”, a-t-elle constaté. Avant de confirmer que “beaucoup de gens savaient”, particulièrement “l’élite bourgeoise de gauche qui côtoyait les Pisier, Kouchner et Duhamel”. D’après la (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"C'est décourageant !" : Apolline de Malherbe affligée par la rave party en Bretagne
"Qui va garder les enfants ?" : Julia Minkowski, la femme de Benjamin Griveaux, victime de sexisme
Affaire Olivier Duhamel : Marie-France Pisier, la seule à avoir tenté de briser l’omerta
Olivier Véran "a le cuir épais" : le ministre chahuté ne flanche pas
VIDÉO - "Une politique de l’enfumage" : Olivier Véran violemment attaqué chez Pascal Praud