Affaire Nelly Haderer : le suspect intouchable sera finalement auditionné

Louise Colcombet
Nelly Haderer, une mère de deux enfants retrouvée mutilée et tuée par balles en 1987 à Saint-Nicolas de Port (Meurthe-et-Moselle)

La justice a décidé ce jeudi de ne pas refermer le dossier du meurtre de Nelly Haderer en 1987. Mieux, elle ordonne l’audition de Jacques Maire malgré son acquittement définitif pour ce crime.


Enième rebondissement dans l’affaire Nelly Haderer, un meurtre vieux de plus de trente ans resté impuni. Aujourd’hui, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Nancy (Meurthe-et-Moselle) a infirmé le non-lieu rendu en septembre, synonyme de clôture définitive de ce dossier maudit.

De quoi redonner l’espoir aux proches de cette jeune femme de 22 ans retrouvée morte, tuée par balles et atrocement mutilée, dans une décharge de Saint-Nicolas-de-Port (Meurthe-et-Moselle) en janvier 1987.


A LIRE AUSSI

> «Là, on a un ADN et on ne peut rien faire ! »


Les juges ordonnent de nouvelles investigations... la plus spectaculaire étant l’audition de Jacques Maire. En 2014, les progrès scientifiques avaient permis de déterminer qu’une tâche de sang retrouvée à l’intérieur du jean de Nelly Haderer lui appartenait. Sauf que l’homme, est, depuis son acquittement définitif en 2008, intouchable juridiquement.

Impossible en effet pour une partie civile de demander la révision d’un procès en France, même lorsque de nouveaux éléments apparaissent... A défaut de pouvoir le rejuger, les proches de Nelly Haderer souhaitaient donc que Jacques Maire puisse au moins être entendu par un juge - en qualité de témoin - pour s’expliquer sur cette tâche de sang, puisqu’il a toujours expliqué ne pas connaître Nelly Haderer...

D’autant qu’un autre témoin, exhumé récemment, mais que le juge d’instruction avait refusé d’entendre, affirme également que tous deux se connaissaient. Enfin, la cour a également ordonné qu’un ADN masculin non-identifié, également retrouvé sur les vêtements de la victime ces dernières années, soit comparé au Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG).





Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

Le terrorisme, première préoccupation des Français
Manche : un adolescent de 17 ans tué par balle à Cherbourg
Trafic d’«ice» : un gang chinois jugé à Paris
Meurtre de Nelly Haderer : le dernier espoir de connaître la vérité
Etats-Unis : deux lycéens tués dans une fusillade

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages