Affaire Nassar : les gymnastes survivantes ne lâcheront rien

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les gymnastes américaines Simone Biles, Aly Raisman, McKayla Maroney et Maggie Nichols, toutes victimes de Larry Nassar, réclament dans une lettre la dissolution du comité olympique américain.

Elles continuent leur combat. Simone Biles, Aly Raisman, McKayla Maroney et Maggie Nichols, qui ont témoigné en septembre dernier devant le Congrès américain dans l’enquête sur l’affaire Larry Nassar, réclament à présent la dissolution du conseil d'administration du Comité olympique et paralympique américain. Cet ancien médecin star de la gymnastique américaine a été condamné à une peine allant jusqu'à 175 ans de prison pour des agressions sexuelles sur une centaine de jeunes sportives, la plupart mineures. Lors de leur témoignage en septembre, les quatre championnes avaient toutes évoqué, avec courage, les épreuves vécues à l’époque, alors que personne ne prenait au sérieux leurs accusations.

D’après elles, le comité olympique et paralympique américain a favorisé une culture d'abus et ignoré les abus sexuels dont était accusé Larry Nassar. «Nous pensons que les actions du conseil d’administration dans le passé ont démontré une réticence à se confronter aux problèmes d’abus auxquels les athlètes, comme nous, avons fait face», ont-elles écrit dans un courrier. Dans leur lettre, elles ajoutent que le comité «a refusé d’engager des actions ou une réforme nécessaire dans le système olympique détruit». «Depuis qu’il a pris connaissance des abus de Nassar, la priorité du comité absolue a été de cacher la culpabilité et d'éviter de prendre ses responsabilités», poursuivent les athlètes. Elles affirment que le comité «n'a pris aucune mesure d'enquête après avoir appris que Nassar était un agresseur». Les quatre jeunes femmes demandent que le Congrès remplace le conseil d'administration par un autre qui enquêtera sur les abus sexuels «systémiques» sinon quoi les athlètes «resteront toujours en danger».

A lire :Abus sexuels,(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles