Affaire Morandini : une expertise psychiatrique de l'animateur ordonnée par le juge

Jean-Marc Morandini va être soumis à une expertise psychologique et psychiatrique pour «déterminer (son) profil» dans le cadre de l'enquête sur les accusations de harcèlement sexuel dont il fait l'objet. 

Le juge chargé d'enquêter sur les accusations de harcèlement sexuel visant Jean-Marc Morandini a ordonné récemment une expertise psychologique et psychiatrique de l'animateur, a indiqué mardi une source proche du dossier, confirmant une information de «20 minutes». Cette double expertise, ordonnée en septembre, vise à «déterminer le profil» de Jean-Marc Morandini, a précisé cette source à l'AFP. Elle devra être réalisée d'ici avril 2020 par des experts inscrits auprès de la cour d'appel de Paris, a-t-elle précisé.

Les expertises psychologiques et psychiatriques sont obligatoires en matière criminelle, mais pas en cas de délit -catégorie dans laquelle entre le «harcèlement sexuel» dont est accusé Jean-Marc Morandini, qui anime une émission quotidienne sur Cnews.

Des accusations de "harcèlement sexuel" et "travail dissimulé"

Jean-Marc Morandini, 54 ans, avait été accusé de «harcèlement sexuel» et «travail dissimulé» par plusieurs comédiens en 2016, dans le cadre d'un article du magazine culturel «Les Inrocks» sur des castings dénudés organisés par l'animateur télévisé. Ces comédiens, qui ont depuis porté plainte, avaient accusé Jean-Marc Morandini et sa société «Ne Zappez pas ! Production» d'avoir profité des castings d'une web-série érotique, «les Faucons», pour les pousser à s'exhiber nus en étant filmés ou en se filmant.

Saisi de cette plainte, le parquet de Paris avait classé sans suite son enquête en janvier 2017. Mais les plaignants ont obtenu en 2018 la reprise des investigations, désormais entre les mains d'un juge d'instruction parisien. Deux autres plaintes, sans lien avec la web-série, ont été déposées à l'encontre de Jean-Marc Morandini par deux jeunes hommes, mineurs à l'époque des faits qu'ils dénoncent.(...)


Lire la suite sur Paris Match