Affaire Mila : le silence de ceux qui appellent à la "libération de la parole"

*

Comment cela a-t-il été possible ? C'est la question qui était sur toutes les lèvres il y a quelques semaines, au sujet de l'affaire Matzneff. Pourquoi ce « silence des médias », « des élites », « d'une petite caste » alors que « tout le monde savait » ? Comment invoquer encore la distinction entre l'homme et l'artiste puisqu'il faisait de ses crimes le sujet de ses livres et qu'il venait les raconter jusque sur le plateau d'Apostrophes ? Comment a-t-on pu rire de cela ? Heureusement que Madame Bombardier a sauvé l'honneur.

Et chacun de jurer ses grands dieux que lui ne se serait pas tu. C'était bien trop facile d'invoquer « l'air du temps ». Pour certains, c'était déjà chercher des excuses à Matzneff voire se rendre complice des pédophiles.

Appel au meurtre

Quelques jours plus tard, que voit-on ? Des centaines d'internautes qui appellent au meurtre une jeune fille de 16 ans contrainte de ne plus se rendre dans son lycée et placée sous protection policière. Où sont passés tous ceux qui s'indignaient qu'on ait pu taire les agissements de Matzneff ? Où sont tous ceux qui ne comprenaient pas qu'on pût omettre de dénoncer l'innommable, où sont tous ceux qui ne jurent que par la « libération de la parole » ?

On est le 13 février et il n'y a toujours pas eu un seul article de Mediapart* sur Mila. De nombreux billets de blog, oui, dont certains appellent clairement la rédaction à prendre position, mais c'est tout. Aucun de ces billets, curieusement, n'a d'ailleurs été «


Lire la suite