Affaire Mila : peu de débat de fond au premier jour du procès

·1 min de lecture

Le procès s'est ouvert dans l'affaire Mila. La jeune fille de 18 ans qui avait été harcelée sur les réseaux sociaux et menacée de mort même après avoir publié des vidéos polémiques sur l'islam s'est présentée à l'audience où elle a pu voir pour la première fois ses harceleurs présumés. La justice leur reproche des publications sur les réseaux sociaux rappelées par le président : "La Mila, elle continuera jusqu'à ce que quelqu'un la trouve et la crève. C'est tout ce qu'elle mérite" ou bien encore "que quelqu'un lui brûle le crâne par pitié". 

Jusqu'à 3 ans de prison encourus

Dès son entrée dans la salle, Mila en blouse rouge aux manches bouffantes et cheveux blonds ramassés en queue de cheval, rasés au niveau des tempes, a regardé du côté des bancs de la défense. Elle a fixé avec calme ses harceleurs présumés. Les prévenus ont entre 18 et 30 ans et arborent un look adolescent : tee shirt, baskets.

>> LIRE AUSSITreize personnes jugées pour cyberharcèlement et menaces contre Mila : "Elle vit un enfer"

Le père et la sœur d'une prévenue, une étudiante en anglais de 21 ans, sont très anxieux. La jeune femme encourt trois ans de prison pour menaces de mort. Ils sont également très impressionnés par les nombreux contrôles de sécurité mis en place par le tribunal. Et pour cause, Mila est sous protection policière 24 heures sur 24 depuis qu'elle a été la cible d'un déferlement de haine en ligne.

Un procès symbole pour la défense

Des dizaines de milliers de messages ont été envoy...


Lire la suite sur Europe1