Affaire Michel Zecler : un montage se moquant de George Floyd dans le téléphone d'un des trois policiers mis en cause

En novembre 2020, Michel Zecler, un producteur de musique, était tabassé dans l'entrée de son studio de musique par trois policiers. En cinq minutes, il essuie une pluie de coups, et affirme par la suite avoir entendu des insultes racistes, comme "sale nègre". Le producteur a-t-il été passé à tabac à cause de sa couleur de peau ? Les équipes d'Envoyé Spécial ont posé la question à l'un des trois policiers mis en cause. Ce dernier est suspendu depuis que l'affaire a éclaté, et a été placé un mois en détention provisoire. Âgé de 23 ans, il ignore qu'il est filmé et est interrogé au sujet des insultes racistes. "C'est pas vrai, franchement, on n'est pas au XIXème siècle, répond le gardien de la paix. Je ne sais pas, Mr. Zecler il est noir du coup il se fait passer pour une victime, (…) on ne l'a pas contrôlé parce qu'il était noir, on l'a contrôlé parce qu'il avait un comportement suspect." Un montage de George Floyd La justice a saisi le téléphone du policier. Ses messages, photos et vidéos échangés dessinent-ils le profil d'un policier aux arrière-pensées racistes ? D'après les éléments auxquels les équipes d'Envoyé Spécial ont eu accès, aucune allusion à la couleur de peau de Michel Zecler n'a été retrouvée. En revanche, deux éléments datés de cinq mois avant l'agression ont été extraits de son téléphone et pourraient s'apparenter à du racisme, selon l'expert judiciaire. Parmi elles, une photo de George Floyd, étouffé sous le genou d'un policier blanc et symbole des violences policiers aux Etats-Unis. "Quand tu dégonfles ton matelas en fin de soirée", peut-on lire en légende du cliché. À ce sujet, le policier évoque "un groupe d'amis où on s'envoie que des conneries", et de "l'humour noir".