Affaire Mia : Qui est Rémy Daillet, figure complotiste visé par un mandat d’arrêt international ?

·2 min de lecture

Un juge d’instruction a lancé un mandat d’arrêt international à l’encontre de Rémy Daillet, figure du mouvement complotiste anti-système et soupçonné d’être impliqué dans l’enlèvement de la petite Mia.

Un nouveau suspect dans l’affaire Mia ? Mardi, le procureur de la République de Nancy, François Pérain, a annoncé qu’un mandat d’arrêt international avait été émis par un juge d’instruction à l’encontre de Rémy Daillet. Ce Français est une figure du mouvement complotiste anti-système et serait impliqué dans l’enlèvement de la fillette de 8 ans la semaine dernière. «Au regard de ces éléments, Rémy Daillet apparaît comme l'animateur principal de la mouvance dans le cadre de laquelle s'inscrivent les mis en cause», a déclaré le procureur dans un communiqué. Ce mandat a été lancé suite aux «auditions de certaines des personnes placées en garde à vue et mises en examen». D’après le procureur, Rémy Daillet «aurait joué un rôle dans l'organisation de l'enlèvement et aurait ainsi fourni les coordonnées de l'accueillante de la mère et de l'enfant à Neuchâtel». La mère et la petite fille ont été retrouvées dimanche dans un squat en Suisse, après le kidnapping de l’enfant mardi dernier dans les Vosges.

Selon «Le Parisien», Rémy Daillet vivrait aujourd’hui en Malaisie. Cet ancien cadre du MoDem en Haute-Garonne en avait été exclu en 2010. « Il était dans le complot, dans le délire. Ses propos n’étaient pas ceux d’un homme sensé. Il était antisystème, anti-Etat. On l’a exclu. On l’a sorti de force des salles du conseil national. La sécurité l’a mis dehors», a déclaré à l’AFP la présidente de la fédération du MoDem de Meurthe-et-Moselle, Danièle Noël, qui parle d’un «mythomane» et d’un «fou furieux». Il avait été renvoyé après avoir été surpris en train d'enregistrer en douce des débats. Un an avant d'être exclu du parti, Rémy Daillet avait commencé à s’illustrer publiquement en lançant «une grève du froid» d’un mois pour(...)


Lire la suite sur Paris Match