Affaire Mia: "Basile", le dernier kidnappeur, interpellé et placé en détention provisoire

Mélanie Vecchio
·2 min de lecture

Le dernier membre encore en cavale de l'équipe suspectée d'avoir mis au point et mené l'enlèvement de la petite Mia a été arrêté samedi, selon nos informations recueillis auprès du parquet. Cet homme connu sous le pseudonyme de "Basile" a finalement été mis en examen puis placé en détention provisoire ce lundi.

Les procédures judiciaires se poursuivent après l'enlèvement le 13 avril de la petite Mia, 8 ans, dans les Vosges où elle résidait avec sa grand-mère. La fillette avait été retrouvée cinq jours après en compagnie de sa mère, Lola Montemaggi - qui apparaît comme la commanditaire du kidnapping de cet enfant dont elle avait perdu la garde - dans un squat situé dans le canton de Vaud en Suisse.

Outre celle-ci, extradée par la Suisse vendredi dernier et mise en examen, plusieurs personnes - gravitant toute dans une nébuleuse anti-système ou complotiste - avaient déjà été mises en examen dans la foulée car soupçonnées d'avoir prêté la main au rapt - sept personnes, précisément, dont cinq avaient été placées en détention provisoires. Un dernier comparse était cependant toujours en cavale. Selon nos informations recueillies auprès du parquet, il a finalement été interpellé samedi, déféré, mis en examen puis placé en détention provisoire ce lundi.

Deux chefs de mise en examen retenus 

Ses complices l'ont identifié jusqu'ici sous son pseudonyme de "Basile". Ce dernier a donc été interpellé et placé en garde à vue samedi alors qu’il avait rejoint son domicile à Dieulouard en Meurthe-et-Moselle. Pendant sa garde à vue, il a nié toute implication dans le déroulement de l’enlèvement de la jeune Mia et usé de son droit au silence. 

Il a donc été présenté ce lundi devant le juge d’instruction de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Nancy. C'est cette institution qui a décidé de le mettre en examen pour enlèvement de mineure de 15 ans en bande organisée et association de malfaiteurs en lien avec un enlèvement aggravé.

Un ancien "coach mental" 

Pendant son interrogatoire de première comparution, il a cette fois reconnu sa participation active à l’enlèvement. Il a reconnu, comme un autre mis en examen, connu sous le nom de Bruno, avoir effectué une reconnaissance dans les Vosges, trois semaines avant le passage à l'acte. Il a aussi admis avoir participé à des visio-conférences préparatoires. Revenant sur les faits eux-mêmes, il a déclaré s’être fait passer pour un faux éducateur, puis avoir accompagné à pied la mère et l’enfant lors du franchissement de la frontière franco-suisse.

Plus tard, le juge des libertés et de la détention a choisi de le placer en détention provisoire. Quelques éléments de la biographie de "Basile" transparaissent déjà. Né en 1977, il est bénéficiaire du RSA. Il a par ailleurs affirmé avoir exercé l’activité indépendante de "coach mental" de 2013 à 2019.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :