Affaire « Mediapart » : Une proposition de loi pour protéger la presse

Affaire « Mediapart » : Une proposition de loi pour protéger la presse

Censure - L’article unique vise à compléter la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, en ajoutant qu'« une publication ne peut être interdite qu’en application d’une décision judiciaire rendue contradictoirement »

Mediapart n’a pas le droit de publier de nouvelles informations sur le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau, après ses précédentes révélations de chantage présumé. En réponse, la sénatrice centriste Nathalie Goulet a déposé une proposition de loi.

Le texte a reçu le soutien du président de la commission de la Culture Laurent Lafon (centriste). Son article unique vise à compléter la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, en ajoutant qu'« une publication ne peut être interdite qu’en application d’une décision judiciaire rendue contradictoirement ».

« Protéger davantage la presse »

« On ne peut pas laisser la situation en l’état et ne pas protéger davantage la presse », a déclaré ce mardi Laurent Lafon. Il estime que l’ordonnance sur requête (procédure d’urgence non-contradictoire) rendue par le tribunal judiciaire de Paris vendredi 18 novembre, selon Mediapart, « remet en cause une des libertés fondamentales, la liberté de la presse ».

« On se place au niveau des principes », a souligné Nathalie Goulet. Selon la sénatrice, avocate de profession, l’ordonnance sur requête est une procédure « classique, urgente », mais utilisée « de façon totalement inédite (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Chantage à la sextape à Saint-Etienne : Exclu des Républicains, Gaël Perdriau porte plainte contre le parti
Chantage à la sextape à Saint-Etienne : Le maire Gaël Perdriau définitivement exclu des Républicains
Chantage à la sextape à Saint-Etienne : Le maire, Gaël Perdriau, peut-il être destitué de ses fonctions ?
Chantage à la sextape à Saint-Etienne : « Les Stéphanois ont un grand sentiment de honte »
Chantage à la sextape à Saint-Etienne : « Le conseil municipal n’est pas un tribunal », Gaël Perdriau refuse de partir