Affaire Matzneff : "On est très vigilants, juger à dix, ce n'est pas comme juger seul", assure le nouveau président de l'académie Goncourt

franceinfo

"Juger à dix, ce n'est pas comme juger seul", souligne le romancier Didier Decoin, invité de franceinfo mardi 21 janvier, au lendemain de sa désignation comme président de l'académie Goncourt en remplacement de Bernard Pivot. Alors que l'affaire Matzneff secoue le monde littéraire, Didier Decoin, membre de l'institution depuis 1995, affirme que l'académie a toujours été "très vigilante". Gabriel Matzneff n'a d'ailleurs jamais reçu le prix Goncourt. L'écrivain de 74 ans, lui même prix Goncourt en 1977, salue par ailleurs le travail "exemplaire" effectué pendant cinq ans par Bernard Pivot et explique pourquoi il y a aussi peu de femmes à l'académie Goncourt.

franceinfo : Bernard Pivot vous a-t-il donné des conseils ?

Didier Decoin : Pendant tout le temps où il a exercé son mandat, il a été tellement exemplaire qu'il suffisait d'ouvrir les yeux et de se déboucher les oreilles, on prenait automatiquement des conseils. C'est quelqu'un qui ne fait pas de sermons, mais qui vous montre comment lui il est, et on a envie de l'imiter parce que c'est bien ! Il m'a appris à remettre les choses à leur place : l'écrivain n'est guère plus qu'un autre citoyen. Il a simplement une autre fonction avec une responsabilité qui est de faire rêver ou d'essayer d'apprendre (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi