Affaire Matzneff : quand une poignée d'intellectuels défendait la pédophilie "au nom de la liberté absolue"

Marie-Violette Bernard

"Ce n'était pourtant pas très difficile de savoir qui était Matzneff à l'époque." Vanessa Springora dénonce ainsi, dans une interview au Parisien, le soutien dont bénéficiait l'écrivain Gabriel Matzneff, dans les années 1970 et 1980. L'auteur quinquagénaire entretient alors une liaison avec la jeune fille, âgée de 14 ans. Une relation sous emprise que l'éditrice raconte dans Le Consentement (éd. Grasset), paru jeudi. "Après avoir analysé l'ouvrage", le parquet de Paris a annoncé vendredi 3 janvier l'ouverture d'une enquête pour "viols commis sur la personne d'un mineur de 15 ans".

Vanessa Springora, aujourd'hui 47 ans, dénonce chez l'écrivain "une pathologie que l'on a maquillée sous les atours de la littérature". "C'est cet aveuglement-là qu'il faut interroger collectivement : pourquoi n'a-t-on rien fait pendant toutes ces années ?" Gabriel Matzneff a toujours revendiqué son attirance pour les mineurs et sa pratique du tourisme sexuel en Asie. "Lorsque vous avez tenu dans vos bras, baisé, caressé, possédé un garçon de 13 ans, une fille de 15 ans, tout le reste vous (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi