Affaire Maëlys : six mois de prison avec sursis pour avoir encensé Nordahl Lelandais

A.B.
Nordahl Lelandais

Un Mosellan de 27 ans a été reconnu coupable d'«apologie publique de crime» pour avoir qualifié sur Facebook le suspect du meurtre de Maëlys de « grand homme ».


Le jugement est plus clément que les réquisitions : alors que le procureur avait requis 10 mois de prison dont 6 à 8 avec sursis, un Mosellan de 27 ans a été condamné vendredi à six mois de prison avec sursis pour « apologie publique de crime » dans l'affaire Maëlys par le tribunal correctionnel de Sarreguemines, a révélé France Bleu. Un jugement «hallucinant et scandaleux», selon son avocat, qui va faire appel.

Sur Facebook, l’homme avait, sous pseudo, qualifié Nordahl Lelandais de « grand homme », qui doit être « admiré et respecté », alors que la petite Maëlys était une « gamine moche ».

Ses propos avaient été repérés par l’office central de lutte contre la cybercriminalité et il avait été interpellé.

« Il dit qu’il n’avait pas de mauvaises intentions »

« Il dit qu’il n’avait pas de mauvaises intentions. Il a tenu ces propos sur un forum pour faire réagir les gens qui n’avaient pas réagi avec autant d’émoi à la mort d’un enfant maghrébin, assassiné dans les mêmes conditions », avait indiqué le procureur lors de l'audience, à laquelle avait assisté les parents de la petite fille.

Nordahl Lelandais est mis en examen pour avoir tué Maëlys, 8 ans, dont la disparition avait été signalée le 27 août à la fin d’une soirée de mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère).

Il a avoué l’avoir frappée au visage alors qu’elle paniquait dans sa voiture et s’être débarrassé de son corps en montagne, près du village de Saint-Franc (Savoie).



Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

Un retraité provoque un accident et piège sa maison pour ne rien laisser à ses enfants
Attentats en Corse en 2012 : deux nationalistes acquittés, trois incarcérés
Grichka Bogdanoff : «Nous sommes victimes d’une réalité parallèle»
Aulnay-sous-Bois : quatre surveillants mis à pied pour avoir humilié un collégien handicapé
Gard : le directeur d’un collège catholique qui avait dénoncé un viol a été licencié