Affaire Lydie Logé : Michel Fourniret a-t-il reconnu à demi-mot son implication ?

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Le tueur en série Michel Fourniret en mai 2008.
Le tueur en série Michel Fourniret en mai 2008.

« Je ne crois pas que cela puisse être quelqu'un d'autre que moi qui aie mis fin à son parcours de vie. » Cette confession glaçante, prononcée par Michel Fourniret, a relancé un cold case vieux de vingt ans. En novembre 2020, l'Ogre des Ardennes a reconnu à demi-mot sa responsabilité dans la disparition en 1993 de Lydie Logé, une jeune mère de famille de 29 ans résidant dans l'Orne. Le Parisien a dévoilé dimanche 14 février 2021 le contenu des auditions troublantes de Fourniret, qui tendent à démontrer que le septuagénaire était bien actif entre 1990 et 2000, cette « période blanche » durant laquelle aucun crime n'a pas lui être imputé. Il est désormais mis en examen pour « enlèvement suivi de mort » dans cette affaire. Son ex-compagne Monique Olivier a quant à elle été mise en examen pour « complicité ».

Le drame se noue le 18 décembre 1993. La jeune documentaliste de profession, mère d'un enfant de 7 ans et minée par la procédure de divorce en cours avec son mari, s'évanouit dans la nature après avoir passé un coup de fil à ses parents aux alentours de 19 heures depuis son domicile de Saint-Christophe-le-Jajolet. C'est son compagnon qui, le lendemain, découvrira le pavillon vide et préviendra la police. Au vu de la personnalité dépressive de Lydie Logé, les enquêteurs concluront à une disparition volontaire. Son corps n'a jamais été retrouvé.

À LIRE AUSSIMichel Fourniret : un matelas pourrait relancer des dizaines d'affaires

Si cet ADN a été découvert, c?es [...] Lire la suite