Affaire libyenne visant Sarkozy : la note qui a tout déclenché n'a jamais été authentifiée

Accusés de "faux" par Nicolas Sarkozy, les journalistes de Mediapart ont obtenu un non-lieu, mais la justice n'a pas validé leur document.

 

Le titre se voulait catégorique : "Sarkozy-Kadhafi : la preuve du financement." Le 28 avril 2012, à une semaine du second tour de l'élection présidentielle, le site Mediapart publiait un "document officiel libyen" qu'il disait avoir obtenu "ces tout derniers jours" par "d'anciens hauts responsables du pays". Sur un papier à en-tête aux insignes et aux bordures largement effacés, le texte (daté du 10 décembre 2006) indiquait que la dictature kadhafiste avait donné "un accord de principe" pour "appuyer la campagne électorale de Nicolas Sarkozy" à hauteur de 50 millions d'euros.

Lire aussi - EXCLUSIF. Sarkozy-Kadhafi, les coulisses d'une machination

La note évoquait une réunion tenue deux mois plus tôt en présence de représentants libyens et français (Claude Guéant et Brice Hortefeux) ainsi que de l'intermédiaire libanais Ziad ­Takieddine. Elle portait la signature d'un dirigeant du renseignement extérieur libyen, Moussa Koussa.

Des informations imprécises, un nom mal orthographié

Aucun des protagonistes n'a jamais authentifié ce document. Au contraire, tous l'ont contesté - certains cependant en assurant qu'un financement occulte avait bien eu lieu. Plusieurs experts ont en outre relevé que le texte ne précisait pas que l'élection à financer aurait lieu en France, que les fonctions des personnes citées étaient imprécises et même que le nom de Koussa était mal orthographié. Quant à l'enquête judiciaire, elle a si peu validé cette étonnante pièce à conviction que les juges n'inte...


Lire la suite sur LeJDD