Affaire de l'arbitrage Crédit Lyonnais : 5 ans avec sursis requis en appel contre Tapie

·1 min de lecture

Le parquet général a requis mercredi 5 ans de prison avec sursis et 300.000 euros d'amende à l'encontre de Bernard Tapie pour complicité d'escroquerie et détournement de fonds publics, au procès de l'arbitrage qui lui avait octroyé 403 millions d'euros en 2008 dans son litige avec le Crédit Lyonnais. Le ministère public a par ailleurs demandé 3 ans dont 2 avec sursis et 100.000 euros d'amende pour Stéphane Richard, patron d'Orange et à l'époque directeur de cabinet de la ministre de l'Economie Christine Lagarde, poursuivi pour complicité de détournement de fonds publics.

Bernard Tapie absent de l'audience pour raisons de santé

Pour l'accusation, les prévenus ont bien "manipulé" une procédure de règlement privé organisée en 2007-2008 pour mettre fin à la longue bataille judiciaire entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais autour de la revente d'Adidas en 1993. Cette sentence arbitrale, qui avait conclu à une "faute" de l'ex-banque publique et notamment attribué 45 millions d'euros à l'entrepreneur au titre du préjudice moral, a depuis été annulée au civil en 2015 pour "fraude".

Dans ce volet pénal en appel, le parquet général a requis en l'absence de l'ex-ministre de 78 ans, malade d'un cancer, et sans ses avocats, qui ont quitté l'audience le 25 mai après le rejet d'une nouvelle demande de renvoi du procès. Compte tenu "de son état de santé actuel", le ministère public a requis du sursis à l'encontre de Bernard Tapie, avec une obligation de restituer "l'argent public appropri...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles