Affaire Jubillar: la nouvelle demande de remise en liberté de Cédric Jubillar examinée le 22 novembre

·2 min de lecture
Croquis d'audience montrant Cédric Jubillar le 16 novembre 2021 devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse - Benoit Peyrucq © 2019 AFP
Croquis d'audience montrant Cédric Jubillar le 16 novembre 2021 devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse - Benoit Peyrucq © 2019 AFP

876450610001_6282256615001

"Le dossier est toujours aussi vide". Pour Me Alexandre Martin, avocat de Cédric Jubillar, "l'accusation attend un miracle" dans l'affaire de la disparition de Delphine Jubillar en décembre 2020.

Mis en examen en juin dernier et placé aussitôt en détention provisoire, Cédric Jubillar continue de clamer son innocence tandis que ses avocats ont demandé une nouvelle fois ce mardi sa remise en liberté. La demande a été déposée devant les juges de la chambre d'instruction de Toulouse, tandis que le parquet a requis le maintien en détention du principal suspect.

"Les mois passent, il ne se passe rien"

La décision finale de la cour d'appel ne sera toutefois rendue que le 22 novembre prochain, ce que déplore Me Alexandre Martin, qui explique que son client est détenu, depuis sa mise en examen, "dans des conditions terribles, d'isolement, qui sont insupportables".

"Nous allons continuer à nous battre et espérons rapidement que la chambre d'instruction fera droit enfin à nos demandes de remise en liberté pour que soit sacré le principe de la présomption d'innocence", a-t-il développé, "que l'instruction continue, que l'enquête continue oui mais pas au détriment de cet homme."

"Cet homme clame son innocence, les mois passent, il ne se passe rien. Cédric Jubillar n'a toujours pas été entendu sur le fond du dossier. On peut dire qu'il n'a pas encore été entendu, qu'il ne sera entendu qu'en décembre", déclare Me Alexandre Martin, "c'est inadmissible pour une affaire qui a démarré il y a quasiment un an, sur des éléments qui ont été réunis dès le mois de février 2021 d'un homme qui était en liberté."

"Ce huis clos est fait au détriment de Cédric Jubillar"

Après débat entre le parquet et la défense, c'est le huis clos qui a été tranché pour l'audience ce mardi de Cédric Jubillar devant les juges d'instruction. Une décision prise après la publication du procès verbal d'interrogatoire du mari - dans lequel il clame son innocence - dans la presse, selon son avocat.

"Ce huis clos est fait au détriment de Cédric Jubillar, a regretté Me Alexandre Martin, "parce que la publicité des débats c'est ce qui nous éloigne de la justice de l'Ancien régime, c'est ce qui nous éloigne aussi une justice sous le contrôle des médias et c'est aussi un moyen de préserver la présomption d'innocence de Cédric Jubillar."

Pour l'avocat, "il est aussi bon pour la défense de pouvoir publiquement se défendre pour rétablir publiquement des équilibres, ce que nous n'avons cessé de faire depuis l'incarcération de Cédric." L'interrogatoire du mari, seul mis en examen dans cette affaire, doit reprendre le 3 décembre prochain.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles