Affaire Jubillar : de nouveaux éléments accablants contre le mari ?

·1 min de lecture
Delphine Jubillar, disparue à Cagnac-les-Mines dans le Tarn près d'Albi.
Delphine Jubillar, disparue à Cagnac-les-Mines dans le Tarn près d'Albi.

Devant la cour d?appel de Toulouse, le mardi 6 juillet, les avocats de Cédric Jubillar défendront la remise en liberté de leur client, mis en examen et écroué le 18 juin dernier, six mois après la disparition de son épouse, Delphine Jubillar, 33 ans, infirmière dans le Tarn et mère de leurs deux enfants. Il a été mis en examen pour « homicide volontaire par conjoint et vient d?être placé sous mandat de dépôt. [?] Il conteste son implication dans cette affaire », a déclaré le procureur Dominique Alzeari, lors d?une conférence de presse d?une heure, le 18 juin dernier.

Selon les informations du Parisien, Cédric Jubillar n?a jamais cessé de clamer son innocence tout au long de ses 35 heures de garde à vue, la veille de sa mise en examen. Également placée en garde à vue dans l?affaire, sa mère, Nadine M., a elle aussi défendu l?innocence de son fils jusqu?à ce que les gendarmes lui présentent une série d?éléments à charge qui, toujours selon Le Parisien, l?ont convaincue.

À LIRE AUSSIAffaire Delphine Jubillar : les « déclarations mensongères » du mari

« Je vais la tuer, je vais l?enterrer, et personne ne la retrouvera »

Parmi ces éléments, dont certains ont été révélés par le procureur le 18 juin, une écoute téléphonique. On y entend une discussion faisant référence à des propos tenus par Cédric Jubillar à sa mère concernant sa femme, plusieurs semaines avant sa disparition : « Elle m?énerve. Je vais la tuer, je vais l?enterrer, et personne ne la retrouvera. » La [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles