Affaire Jubillar : le mari de Delphine maintenu en détention

·1 min de lecture
Cédric Jubillar le 12 juin dernier.
Cédric Jubillar le 12 juin dernier.

« On n?a pas réussi à réunir des preuves [?]. On n?a rien trouvé, donc c?est lui. Tout ce qu?il va faire ou ne pas faire sera retenu contre lui. » Mardi, les avocats de Cédric Jubillar, mis en examen pour le meurtre de son épouse Delphine, disparue il y a plus de six mois, ont demandé la remise en liberté de leur client, dénonçant un dossier sans « aucune preuve ». La chambre de l?instruction de la cour d?appel de Toulouse en a décidé autrement.

« Dans cette affaire, les enquêteurs partent de l?idée que c?est lui et ensuite ils font tout pour que ça rentre dans des cases, mais la chronologie ne tient pas », assurait en début de semaine Me Alexandre Martin, un des avocats de Cédric Jubillar, au Point.

À LIRE AUSSIAffaire Jubillar : « La présomption d?innocence a été piétinée »

Des arguments qui n?ont pas convaincu les magistrats, qui ont rejeté ce jeudi la demande de remise en liberté du mari de l?infirmière. Les magistrats ont suivi l?avocat général, qui avait requis le maintien en détention provisoire de Cédric Jubillar, afin de « protéger les indices et pour qu?il ne soit pas en mesure de modifier des éléments de l?enquête ». Le représentant du ministère public a en effet souligné les risques d?altération de preuves, partant du principe que Cédric Jubillar pourrait être la seule personne à connaître l?emplacement du corps de Delphine et a aussi évoqué les risques de pression sur les témoins. L?avocat général a décrit le mis en examen comme un homme « en tot [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles