Affaire Jubillar : l’activité du téléphone de Delphine vient semer le doute

·1 min de lecture
La nuit de la disparition de Delphine Jubillar, entre le 15 et le 16 décembre 2020, le téléphone de l'infirmière s'est activé quand Cédric Jubillar, son mari et principal suspect, était avec les gendarmes. (image d'illustration)

Le téléphone de l’infirmière a été utilisé à plusieurs reprises durant la nuit de sa disparition en décembre 2020, rapporte « La Dépêche ».

S'agit-il d'un nouveau rebondissement dans l'affaire Delphine Jubillar ? Comme le révèle La Dépêche, le téléphone portable de l'infirmière de 33 ans, qui a disparu à Cagnac-les-Mines, dans le Tarn, en décembre 2020, aurait affiché une activité suspecte la nuit de sa disparition. Selon de nouvelles expertises, le Huawei P30 Pro de la jeune femme, qui demeure toujours introuvable, s'est activé à six reprises dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 entre 0 h 7 et 6 h 52 du matin.

Selon le fabricant Huawei, le déclenchement du téléphone de Delphine Jubillar a « nécessité une action humaine », avec notamment l'activation de l'application WhatsApp (0 h 9), l'activation de la caméra sur WhatsApp (1 h 33) et plusieurs déclenchements de l'interface de l'appareil (0 h 7, 1 h 3, 6 h 52). Le quotidien rapporte que, selon les gendarmes, Delphine Jubillar aurait été agressée aux alentours de 23 heures, le 15 décembre, soit plus d'une heure avant ces différentes manœuvres sur son mobile.

Autre élément de poids rapporté par La Dépêche, au moment du dernier déverrouillage du téléphone, à 6 h 52, Cédric Jubillar, son mari et principal suspect dans cette affaire, se trouvait aux côtés des gendarmes qui procédaient alors aux premières constatations à son domicile. Il ne pouvait donc pas utiliser le portable de son épouse à ce moment-là.

À LIRE AUSSI Affaire Jubillar : pyjama blanc, pantalon bleu, pull rouge… Et toujours le mystère

De nouvelles expertises à venir

Ces nouveaux élément [...] Lire la suite

VIDÉO - Une Femen dénonce les féminicides : "Ce n'est plus possible de dire qu'on a tué par amour"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles