Affaire Jubillar: les enquêteurs s'intéressent à la piste de l'argent comme mobile

·3 min de lecture
Delphine et Cédric Jubillar - BFMTV
Delphine et Cédric Jubillar - BFMTV

Delphine et Cédric Jubillar vivaient dans un contexte très conflictuel qui donnait lieu à de nombreuses disputes. Le mari tentait de reconquérir sa femme de manière agressive" et "intrusive". Des intrusions que ne supportait plus l'infirmière, qui prévoyait de s'installer avec son amant. Mais les enquêteurs s'intéressent aussi aux questions financières dans ce couple en plein divorce.

Quelques heures avant sa disparition dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, Delphine Jubillar s'était rendue à la banque pour faire changer ses codes d'accès à ses comptes bancaires en ligne. Elle voulait empêcher son mari, mis en examen dans cette affaire, de consulter ses comptes mais aussi puiser dans les livrets des enfants du couple. L'opération devait être signée le 18 décembre, lors d'un nouveau rendez-vous.

"Fliquée"

Quelques semaines avant sa disparition, Delphine Jubillar se sent "fliquée", précise une source proche du dossier à BFMTV. Le 25 septembre, Cédric Jubillar tente de géolocaliser sa femme avec l'aide de sa mère. Il est démasqué par l'infirmière qui est immédiatement alertée sur son téléphone par une notification.

Delphine Jubillar avait demandé des explications à son mari via la messagerie Messenger. Lui tente de contester. C'est finalement la mère de Cédric Jubillar qui admettra avoir aidé son fils car elle le voyait "malheureux". Nadine F. explique à l'infirmière avoir voulu la géolocaliser pour prouver à son fils, "rongé par le doute", qu'il se "trompait" et que sa femme "ne pouvait avoir d'amant".

Des dépenses d'hôtel et de coiffeur

Les semaines passent mais les doutes ne s'estompent pas. Au cours de leur enquête, les gendarmes ont établi que le 2 décembre, Cédric Jubillar a consulté les comptes de sa femme depuis un distributeur à Albi. Il renouvelle l'opération 4 jours plus tard, le 6 décembre. Dans la foulée, il vérifie depuis son téléphone portable à quoi correspondent les achats de sa femme.

Sites de réservation d'hôtels, de loueurs de voitures, de lingerie, de coiffeur... Cédric Jubillar est au courant de toutes les dépenses de son épouse. Le jour de sa disparition, Delphine Jubillar achète d'ailleurs du vin avec son amant. Dans le même temps, il confie à plusieurs personnes, dont sa mère, son projet de "tuer" son épouse, dans le cas où cette dernière le quitterait, ou partirait pour un autre. Face aux enquêteurs, il reconnait avoir "un petit peu espionné" l'infirmière.

Fermeture du compte commun

Lors de ses premières auditions, le 24 décembre, Cédric Jubillar avait parlé spontanément d'un "clash" qu'il avait eu avec Delphine au sujet des comptes bancaires. Dans le cadre du divorce, l'infirmière avait clôturé le compte commun du couple. Elle lui reprochait également de prélever de l'argent sur les compte des enfants. De l'argent qu'il remettait au fur et à mesure.

Les enquêteurs s'intéressent donc à la piste de l'argent comme mobile alors que l'infirmière gagnait bien mieux sa vie que le peintre-plaquiste, intérimaire. Ce dernier payait le remboursement du crédit de la maison de Cagnac-les-Mines, des dépenses auxquelles s'ajoutaient celles de sa consommation de cannabis. Selon une source proche du dossier, cela lui coûtait entre 300 et 400 euros par mois, même si ce dernier a dit vouloir s'être mis au CBD, le cannabidiol.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles