Affaire Jonathan Coulom : dix-sept ans après, la piste de " l’homme en noir " se précise

·1 min de lecture

En avril 2004, Jonathan, 10 ans, est enlevé et tué lors d’une classe de mer dans un centre de vacances en Loire-Atlantique. Treize ans plus tard, un témoignage capital désigne un tueur en série allemand déjà condamné pour des faits similaires. Marton Ney a depuis été extradé en France pour une durée de huit mois, délai dont dispose la justice pour résoudre cette affaire.

Avant cette tragique affaire, chaque voyage scolaire ou colonie de vacances rimait avec insouciance. Depuis, chaque parent a en tête l’enlèvement de ce petit garçon en pleine nuit dans sa chambre et son meurtre atroce.C’était au printemps 2004. Scolarisé en classe de CM1, Jonathan, comme 23 autres élèves de son école, passe alors une semaine en classe de mer dans la station balnéaire de Saint-Brevin-les-Pins, en Loire-Atlantique. Le soir du 6 avril, heureux de leur séjour, Jonathan et ses quatre copains de chambre s’endorment paisiblement dans leur dortoir, après une boum organisée pour la dernière nuit sur place.Mais le lendemain, à 7 heures du matin, le petit brun aux yeux bleus manque à l’appel. Moniteurs et instituteurs font le tour du centre de vacances, sans résultat. Ils contactent immédiatement la gendarmerie. La disparition est prise très au sérieux d’autant que le garçon est pieds nus et vêtu de son seul pyjama. Toutes ses affaires sont restées dans la chambre. Mobilisés, près de 200 gendarmes ratissent les bois et bosquets alentour. En parallèle, plus de 600 avis de recherche sont...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Haïti : un gang suspecté de l'enlèvement de sept religieux catholiques, dont deux Français

Deux siècles après Baudelaire : sept écrivains, sept livres, sept péchés capitaux

Réunions " en non-mixité " à l'université : la question des discriminations est l’affaire de tous

Affaire Anaïs Guillaume : un meurtre, un amant jaloux et un mystérieux corbeau

Affaire d'espionnage italo-russe : "Les personnalités proches de la Russie vont payer les pots cassés"