Affaire de la joggeuse : la jeune fille avoue avoir menti

·1 min de lecture
Selon un communiqué de la procureure de la République de Laval, l’adolescente a indiqué ne pas avoir été enlevée et se dit « désolée».
Selon un communiqué de la procureure de la République de Laval, l’adolescente a indiqué ne pas avoir été enlevée et se dit « désolée».

Rebondissement spectaculaire. Dans un communiqué officiel, diffusé vendredi 12 novembre, la procureure de la République de Laval annonce que la jeune joggeuse un temps portée disparue, puis retrouvée à Sablé-sur-Sarthe dans la journée du mardi 9 novembre, a menti sur son enlèvement.

« Entendue ce jour par les enquêteurs [?], la jeune fille a indiqué avoir menti, ne pas avoir été enlevée et s?être rendue à Sablé-sur-Sarthe à pied », écrit la procureure. « Selon elle, les blessures sont d?origine accidentelle. Elle aurait notamment découpé son tee-shirt avec une paire de ciseaux », ajoute-t-elle.

Une première version mise en doute

Retrouvée mardi dernier dans un kebab de Sablé-sur-Sarthe, la jeune fille de 17 ans avait d?abord raconté avoir été enlevée par deux hommes circulant à bord d?une camionnette verte. Selon ses dires, ces derniers l?auraient frappée à plusieurs reprises, avant de la conduire dans une maison dont elle serait parvenue à s?échapper dans une évasion qu?elle aurait mise à exécution en frappant l?un de ses deux ravisseurs, resté seul.

À LIRE AUSSI Disparition en Mayenne : la joggeuse de 17 ans retrouvée vivante

Le récit de la jeune femme a cependant rapidement troublé les enquêteurs. De nouveau interrogée vendredi par deux officiers de la police judiciaire et une victimologue, la joggeuse a donc finalement avoué avoir menti, se disant « désolée » d?avoir provoqué la mobilisation d?autant de monde. Dans la matinée du mardi 9 novembre, quelques h [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles