Affaire Jeffrey Epstein : une victime présumée attaque en justice ses héritiers

LExpress.fr
Jennifer Araoz, aujourd'hui âgée de 32 ans, assure avoir été sexuellement agressée par le milliardaire alors qu'elle avait 14 et 15 ans.

Quatre jours après la mort en prison du financier Jeffrey Epstein à New York, une victime de ses agressions sexuelles présumées a intenté une action en justice contre ses héritiers et complices présumés, tandis qu'il apparaissait que les gardiens chargés de le surveiller s'étaient endormis. 

Jennifer Araoz a réclamé réparation à ses héritiers devant la Cour suprême de l'État de New York, ainsi qu'à son amie et complice présumée, Ghislaine Maxwell, et trois autres femmes dont l'identité n'a pas été révélée. Jennifer Araoz est l'une des premières victimes connues de Jeffrey Epstein à déposer une plainte dans le cadre d'une loi new-yorkaise entrant en vigueur ce mercredi : adoptée après les scandales de pédophilie à répétition dans l'Église, elle donne un an aux victimes présumées de crimes sexuels pour porter plainte au civil, quelle que soit l'ancienneté des agressions subies. 

Un "piège" bien rodé

"Epstein a été trouvé mort, apparemment d'un suicide, dans sa cellule la semaine dernière. Le fait qu'il n'aura pas à me répondre personnellement devant les tribunaux me met en colère, mais ma quête de justice ne fait que commencer", a écrit Jennifer Araoz dans un éditorial publié par le New York Times. 

Elle a expliqué comment elle s'était fait prendre au "piège" de Jeffrey Epstein, décrivant un modus operandi similaire à celui utilisé contre d'autres victimes du riche et charismatique financier. Il avait été inculpé début juillet pour de multiples agressions sexuelles sur mineures, qui se seraient déroulées dans ses résidences de Manhattan et de Floride. 

LIRE AUSSI >> Jeffrey Epstein : ses puissants amis qui sont sur la sellette 

Une des "rabatteuses" du financier aurait approché Jennifer Araoz sur le trottoir devant son lycée new-yorkais. Elle lui aurait parlé d'un homme riche qui pourrait l'aider à lancer la carrière d'actrice dont elle rêvait. Les premières visites dans la luxueuse demeure du financier à Manhattan, truffée de caméras, se déroulèrent sans incident, selon Jennife...Lire la suite sur L'Express.fr

L'autopsie de Jeffrey Epstein met en évidence des fractures au cou

Affaire Jeffrey Epstein : une victime présumée attaque en justice ses héritiers

"Abus sexuel", "jeunes filles"... Ces mots qui posent problème dans l'affaire Epstein

Affaire Jeffrey Epstein : le directeur de la prison de Manhattan muté à titre temporaire