Affaire Jeffrey Epstein : "D'habitude les rumeurs complotistes viennent attaquer l'élite, alors qu'ici la rumeur est propagée par le pouvoir"

franceinfo

Les théories se multiplient depuis la mort en prison, samedi 10 août, du financier américain Jeffrey Epstein, accusé d'avoir réduit en esclavage sexuel des dizaines des femmes mineures entre 2002 et 2005. Le président américain, Donald Trump, a véhiculé l'une de ses rumeurs en retweetant les propos complotistes d'un comique conservateur. "Il se place non pas du côté de l'élite corrompue, qu'il tente soi-disant de nettoyer depuis 2016, mais au contraire du côté du peuple qui lutte contre les mensonges d'État", a commenté sur franceinfo Thomas Snégaroff, journaliste et historien spécialiste des États-Unis.

franceinfo : Depuis samedi, les théories du complot se répandent sur les réseaux sociaux. Beaucoup d'Américains croient en un meurtre, plutôt qu'à un suicide. Que signifient ces rumeurs ?

Thomas Snégaroff : C'est l'idée que beaucoup de gens avaient intérêt à ce qu'il meure plutôt qu'à ce qu'il parle. L’enquête n'est pas achevée, l'enquête civile continue parce qu'il y a des complices. Ce qui est intéressant dans ces théories, c’est que d'habitude elles viennent attaquer l'élite, attaquer le pouvoir, alors qu'ici la rumeur est propagée par le pouvoir. C'est Donald Trump lui-même qui a retweeté un comique conservateur, Terrence K. (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi