Affaire Halimi : "juger des fous serait une insupportable régression", estime Eric Dupond-Moretti, qui promet de combler "un vide juridique"

Faut-il changer la loi après l'émotion suscitée par la confirmation de l'absence de procès dans l'affaire Sarah Halimi, sexagénaire juive tuée par un homme en proie à une "bouffée délirante" après avoir consommé une forte quantité de cannabis ? Interrogé à ce sujet mercredi 28 avril sur le plateau des "4 vérités" de France 2, Eric Dupond-Moretti a confirmé l'existence, selon lui, d'un "vide juridique sur lequel il faut travailler." "Il n'est pas question de juger les fous, ça serait une insupportable régression. (...) Il s'agit de distinguer entre celui qui est pris de folie, et celui qui est pris de folie après avoir consommé des psychotropes", a détaillé le ministre de la Justice. L'ancien avocat a en outre annoncé qu'il rendrait au président de la République ses travaux sur l'irresponsabilité pénale "fin mai". "En attendant, je consulte : je vais recevoir des psychiatres, des avocats, des magistrats...", a conclu le garde des Sceaux.