Affaire Halimi : un groupe de soutien au meurtrier suscite l’indignation

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
« Je n’ose imaginer le choc, la révolte et surtout l’incompréhension que cela a dû susciter au sein de la communauté juive », a réagi le député du Val-d'Oise François Pupponi.
« Je n’ose imaginer le choc, la révolte et surtout l’incompréhension que cela a dû susciter au sein de la communauté juive », a réagi le député du Val-d'Oise François Pupponi.

Nouvelle polémique dans le sillage de l'affaire Sarah Halimi, du nom de cette sexagénaire de confession juive tuée par son voisin en avril 2017. Alors qu'une partie de la population accuse encore le coup de voir le meurtrier, Kobili Traoré, échapper à un procès ? il a été déclaré pénalement irresponsable, car en proie à une « bouffée délirante aiguë » au moment du meurtre ?, la création sur le réseau social Facebook d'un « Comité de soutien à Kobili Traoré » suscite une nouvelle vague de dégoût.

Franck Serfati, l'avocat du BNVCA (Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme), n'y va pas par quatre chemins : « Dès demain [lundi, NDLR], je dépose une plainte auprès du procureur de la République de Paris », a-t-il assuré dans les colonnes du Parisien, dimanche 2 mai 2021. Les qualifications de « contestation d'une décision de justice » et d'« incitation à la haine » pourraient être retenues. L'homme ne décolère pas face à cette poignée d'individus ? le groupe recensait 34 personnes dimanche ? qui soutient un criminel. « Comment peut-on renverser les rôles et le faire passer pour une victime ? C'est la plus grave des injustices », fulmine l'homme de droit, confiant dans le fait que les internautes seront identifiés.

À LIRE AUSSIAffaire Sarah Halimi : « Il est souhaitable de légiférer sur l'irresponsabilité »

Les limites de l'indécence sont repoussées

Des anonymes ont également fait part de leur éc?urement. « Chaque jour, les limites de l'indécence sont repo [...] Lire la suite