Affaire Griveaux : les zones d'ombre du trio Pavlenski-Taddeo-Branco

·1 min de lecture

Mardi 23 février, la chambre de l’instruction dira si l’enquête sur les vidéos de Benjamin Griveaux est entachée ou non de nullités de procédure. Une décision à hauts risques pour l’intrigante Alexandra de Taddeo et son compagnon russe Piotr Pavlenski. L'avocat de ce dernier, Juan Branco, a échappé à une mise en examen.

C’était avant le Covid. Avant le premier confinement. Dans ce monde d’avant qui, même si on l’a oublié, était déjà fou. Lui, Benjamin Griveaux, candidat LREM à la mairie de Paris. Elle, une intrigante inconnue, étudiante à ses heures, et harponnant sur les réseaux sociaux. Sexe entre adultes. Puis échange de vidéos intimes à leurs heures perdues. Lui, pensant que les saynètes s’effaceraient automatiquement après lecture et disparaîtraient pour l’éternité. Elle actionnant sur son smartphone une touche permettant d’enregistrer ces petits débris d’intimité volés. Mais par quel concours de circonstances ces échanges numériques entre adultes consentant sont-ils parvenus à créer ce malstrom de février 2020, éclipsant l’entrée du virus en France et provoquant la chute d’un des enfants prodigues de la macronie ?" Benjamin ne reviendra plus jamais en politique à haut niveau, c’est fini. Il a sauvé son couple, et sa famille, c’est déjà énorme ", glisse un de ses proches, affolé rétrospectivement par cet " ouragan qui a déferlé " sur son ami. Au centre de la toile, un russe fantasque, Piotr Pavlenski, réfugié politique en France et artiste autoproclamé d’une...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Affaire Griveaux : la justice valide l'interpellation de Pavlenski et de Taddeo, l'enquête repart

André Vallini : "Tous les jours, je crains une nouvelle affaire d'Outreau"

Affaire Nordahl Lelandais : la juge a terminé son enquête

Affaire Didier Lemaire : "Un bon laïque est un laïque mort"

De l'affaire Duhamel à la démission du directeur de Sciences Po : portrait de l’oligarchie