Affaire Griveaux: l'enquête sur la diffusion des vidéos privées se poursuit

Alors qu'Agnès Buzyn vient d'être désignée par La République en marche comme candidate à la mairie de Paris, l'enquête progresse sur la diffusion de la vidéo privée de Benjamin Griveaux. Des images qui ont provoqué une onde de choc dans la course à la mairie de Paris.

Juan Branco, l'avocat de Piotr Pavlenski, ne pourra pas le défendre. Il a dénoncé ne pas pouvoir assurer la défense de l'artiste russe dans le cadre de l'enquête ouverte sur la diffusion de la vidéo intime de Benjamin Griveaux et qui rebat les cartes des élections municipales parisiennes. 

Une décision que l'avocat a immédiatement condamnée en dénonçant une « violation exceptionnelle des droits de la défense ». Il a affirmé que le parquet s'était opposé à sa désignation. Mais procéduralement, le parquet doit saisir le batonnier s'il souhaite contester la désignation d'un avocat. Me Branco doit rencontrer le batonnier pour évoquer le sujet ce lundi 17 février.

Piotr Pavlenski et sa compagne, Alexandra de Taddeo, interpellés

Interpellé pour des violences le soir du 31 décembre faisant deux blessés à l'arme blanche, l'artiste russe avait finalement été placé en garde à vue ce dimanche dans le cadre de ce qui est devenu « l'affaire Griveaux ».

La veille, Alexandra de Taddeo, la compagne de Piotr Pavlenski, avait elle aussi été placée en garde à vue pour des chefs « d'atteinte à l'intimité de la vie privée » et de « diffusion sans l'accord de la personne d'images à caractère sexuel », selon le parquet de Paris.

Démarche « pseudo artistique et d’imposture absolue »

Pitor Pavlesnski ne s'est pas caché d'être à l'origine de la publication des vidéos,. Selon ses mots, il a agi pour dénoncer « l’hypocrisie » de Benjamin Griveaux qui aurait utilisé sa famille en se présentant en icône pour tous les pères et maris de Paris. Une démarche qui a été qualifiée de « pseudo artistique et d’imposture absolue » par Richard Malka, l'avocat de l'ancien porte parole du gouvernement. 

En effet, selon des sources proches de l'enquête, la jeune femme serait bien la destinataire des vidéos envoyées en 2018 par Benjamin Griveaux. Mais pour l'heure, on ignore toujours si c'est elle qui les a transmises directement.

Cette nouvelle garde à vue de Piotr Pavlenski ne peut toutefois pas dépasser les 48 heures à compter de la première. Elle devrait donc prendre fin au plus tard ce lundi 17 février dans l'après-midi.

(Avec AFP)