Affaire Griveaux: Alexandra de Taddeo dit avoir gardé les vidéos pour "se préserver"

Benjamin Griveaux  (Photo: Benoit Tessier / Reuters)

AFFAIRE GRIVEAUX - Elle les a gardées “au cas où”. Alexandra de Taddeo, l’étudiante de 29 ans, destinataire des vidéos à caractère sexuel de Benjamin Griveaux, s’est expliquée après des enquêteurs en début de semaine. Selon BFMTV et Le Parisien, la compagne de Piotr Pavlenski a gardé ces images pour “se préserver”. 

La jeune femme, en garde à vue et mise en examen pour “atteinte à l’intimité de la vie privée” et “diffusion sans l’accord de la personne d’un enregistrement portant sur des paroles ou images à caractère sexuel” a été interrogée par les enquêteurs de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne. Elle leur a expliqué comment elle a rencontré l’ancien candidat LREM à la mairie de Paris en 2018. 

“Je savais qu’il n’hésiterait pas à m’enfoncer”

Au mois de mai, elle a demandé en ami celui qui était à l’époque porte-parole du gouvernement. Ce dernier l’a accepté et une correspondance virtuelle a commencé. Selon elle, c’est lui qui aurait pris l’initiative de lui parler, rapporte Le Parisien. Les échanges sont ensuite devenus plus intimes et des vidéos et photos à caractère sexuel ont alors été échangés en privé. Benjamin Griveaux avait paramétré son application pour que le contenu de ses messages soit effacé au bout d’un certain laps de temps, mais Alexandra de Taddeo a quand même eu le réflexe de les enregistrer. Cette relation virtuelle aboutit sur une rencontre physique dans l’appartement de l’étudiante dans le 16e arrondissement de Paris. “Un rendez-vous dont elle est sortie pas contente”,  a assuré son compagnon Piotr Pavlenski, également en garde à vue et mis en examen pour les mêmes motifs que sa compagne à L’Obs, repris par BFMTV, sans qu’aucune violence, ni conflit ne soit rapporté par la jeune femme. 

Pourquoi Alexandra de Taddeo a-t-elle enregistré et gardé ces vidéos? Aux policiers, elle nie avoir eu des intentions malveillantes envers l’homme politique à qui elle n’avait rien à reprocher, explique Le Parisien. Elle a toutefois préféré garder ces images “au cas où”, pour “se préserver”: “Je savais que si sa femme ou quelqu’un d’autre apprenait sa relation, il n’hésiterait pas à m’enfoncer et ne me défendrait pas. Donc, je voulais me préserver”. Une sorte d’assurance au cas où elle aurait été accusée d’avoir séduit et fait céder un homme politique marié. 

Elle assure également ne pas avoir voulu mettre en ligne ces vidéos et pense que son compagnon, qui avait le code de son ordinateur, les a copiés à son insu. 

 À voir également sur Le HuffPost: Castaner aurait peut-être dû écouter la mise en garde de Brune Poirson sur la vie privée

LIRE AUSSI

Juan Branco ne pouvait défendre Piotr Pavlenski selon le bâtonnier de Paris

Un reportage LCI sur Yassine Bouzrou, avocat de Pavlenski, indigne la profession

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.