Affaire Grégory : le corbeau serait-il "la clé de l'énigme" ?

Affaire Grégory : un corbeau menace le procureur général de Dijon dans une lettre

Dans un livre, le journaliste Thibaut Solano fait du corbeau à “La voix rauque” (Les Arènes), la clé du mystère planant autour l’affaire Grégory.

Piste sérieuse ou simple intuition ? Le 16 octobre 1984, Grégory Villemin, 4 ans, est retrouvé mort dans la rivière Vologne. Une lettre anonyme postée le jour même revendique l’infanticide. Mais à cette date, les parents du petit garçon sont déjà assaillis depuis trois ans par des centaines d’appels et de lettres du même genre, émanant d’un ou de plusieurs maîtres-chanteurs.

C’est dans ce fameux “corbeau”, personnification des rancœurs et des jalousies familiales, que se cacherait la “clé de l’énigme” que constitue depuis 34 ans l’affaire Grégory. C’est du moins la conviction du journaliste Thibaut Solano dans son livre “La voix rauque” (Les Arènes). Il y retrace la chronologie des insultes et des menaces de celui que les Villemin appellent “le gars à la voix rauque”.

“L’assassin de Grégory, le nom du coupable se cachent dans les noms” qui figurent dans le dossier

De 1981 à 1984, les coups de téléphone du “gars” sont incessants, visant non seulement les parents du petit Grégory, Christine et Jean-Marie Villemin, mais aussi les parents et les frères de ce dernier. La “voix rauque” y exploitent les secrets enfouis de la famille. L’auteur du crime est nécessairement déjà connu de la justice, pour Thibaut Solano.

“Les trois années pendant lesquelles le corbeau a harcelé la famille Villemin sont beaucoup plus brumeuses (que ce qui s’est passé ensuite). Pourtant, je pense que la clé de l’énigme est là. Tout est déjà en place: les conflits de famille, les secrets…”

Qui est le corbeau ?

Qui se cache derrière cette “voix rauque”? Selon certains témoins, c’est un homme au timbre déguisé. D’autres, catégoriques, reconnaissent une femme. Pour beaucoup, il s’agit certainement d’un couple. Ce “corbeau” est en tout cas extrêmement bien renseigné et connaît certains détails intimes, rapporte des histoires d’adultères, réelles ou supposées. Dans cette famille aux multiples ramifications le soupçon est partout et chacun tentera, sans succès, de le démasquer.

Pendant des mois, Thibaut Solano a épluché les milliers de pages, croisé les auditions pour reconstituer la trame de ce qui s’est passé “avant que les caméras arrivent, avant l’hystérie médiatique” qui en a fait l’une des plus grandes affaire criminelles françaises.

Les époux Jacob inquiétés

Un temps éteinte, l’affaire repart de plus belle en juin 2017 avec l’arrestation de Marcel et Jacqueline Jacob, grand-oncle et grand-tante de Grégory. Jamais inquiétés jusqu’alors, les deux septuagénaires sont soupçonnés d’avoir été les fameux “corbeaux”. Ils seront mis en examen pour enlèvement et séquestration suivie de mort.

Selon les enquêteurs, qui se basent notamment sur une nouvelle expertise graphologique, les époux Jacob, qui clament leur innocence, seraient impliqués dans le rapt et la mort du garçonnet dans le cadre d’un “acte collectif”.

Des coupables idéaux pour cette affaire qui passionne la France depuis 34 ans ? Pour le journaliste, un procès devra se tenir afin de faire éclater la vérité et connaître les circonstances exactes de la mort du petit Grégory. En attendant, Thibaut Solano en reste persuadé : “Dans ce vase clos, quelqu’un sait.”

Les grandes dates de l’affaire Grégory