Affaire Ghosn: pour Renault, aucune fraude n'a été constatée en 2017 et 2018

Gazzane, Hayat
Renault poursuit son audit sur les rémunérations de ses dirigeants. / VINCENT KESSLER/REUTERS

Le constructeur français, qui a lancé un audit sur la rémunération de ses dirigeants, poursuit ses investigations sur les exercices précédents. En attendant, Carlos Ghosn reste patron du groupe malgré sa nouvelle mise en examen.

Rien à signaler. C'est en substance le message envoyé par Renault hier soir, à l'issue d'une réunion de son conseil d'administration. Le constructeur français, secoué par l'affaire de malversations financières de son patron Carlos Ghosn au Japon, a fait un nouveau point d'étape de son audit interne sur la rémunération de ses dirigeants. Verdict: «la mission a conclu à leur conformité et à l'absence de fraude, pour tous les membres actuels du comité exécutif du groupe Renault (…) pour les exercices 2017 et 2018». Cet audit, réclamé fin novembre par le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, dans la foulée de l'arrestation de Carlos Ghosn, va se poursuivre sur les exercices antérieurs, annonce Renault dans un communiqué. «Il en sera rendu compte de la même manière dès la prochaine séance du conseil d'administration», a-t-il assuré.

» LIRE AUSSI - Tout savoir sur l'affaire Carlos Ghosn

En décembre, l'enquête interne sur les éléments de rémunération de Carlos Ghosn pour la période 2015-2018 avait déjà conclu, de manière préliminaire, à «la conformité des éléments de rémunération (...) et des conditions de leur approbation au regard des dispositions légales et des recommandations de l'Afep-Medef».

Carlos Ghosn reste le patron

La firme au losange n'a pris hier soir aucune décision concernant l'avenir à sa tête de Carlos Ghosn, démis fin novembre de ses fonctions chez Nissan et Mitsubishi. Ce dernier reste donc PDG du constructeur français à ce stade, malgré un avenir juridique qui s'assombrit. Carlos Ghosn, dont la garde à vue était censée s'achever ce vendredi, a été mis en examen une deuxième fois par le parquet de Tokyo. Ce dernier l'accuse d'abus de confiance aggravé (...) Lire la suite sur Figaro.fr

L'affaire Carlos Ghosn pourrait peser sur l'avenir de l'Alliance Renault-Nissan 
Carlos Ghosn: la transaction de 2008 qui intrigue les enquêteurs 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro