Affaire GameStop : l’empire Wall Street cherche sa contre-attaque

·6 min de lecture

Les marchés financiers cherchent, depuis mercredi, à réagir à l’activité des investisseurs amateurs qui ont fait flamber le cours des actions de sociétés comme GameStop. Même les responsables politiques s’en mêlent. Ce qui semble avoir commencé comme une vaste blague sur Internet pourrait-il déboucher sur une crise plus profonde ?

Le "LOL" ne fait plus rire. La folle envolée de l’action GameStop, poussée par une armée d’investisseurs du dimanche, surtout actifs sur le forum r/WallStreetBets du très populaire site communautaire Reddit, commence à être prise très au sérieux depuis deux jours.

Par les pros de la finance, d’abord, qui ont sorti les griffes. Plusieurs applis et plateformes permettant au commun des mortels d’investir en Bourse – telles que Robinhood, Webull ou Interactive Brokers – ont décidé, jeudi 28 janvier, de limiter les transactions sur GameStop et d’autres valeurs prisées par les membres de r/WallStreetBets. Ils ne peuvent presque plus acquérir de nouveaux titres pour éviter d'accentuer encore la hausse des cours.

>> À lire aussi : "GameStop : quand des internautes boursicoteurs rabattent le caquet des spéculateurs"

"Trahison" de Robinhood

Des restrictions qui sont restées en travers de la gorge des apprentis boursicoteurs de Reddit et d’ailleurs. "Quand des gens ordinaires essaient de se faire de l’argent dans un système où, d’habitude, ce ne sont que les riches qui en gagnent, voilà ce qui se passe", a ainsi réagi Myron Sakkas, l’un de ces férus de r/WallStreetBets interrogé par la chaîne britannique BBC.

Ces investisseurs sont particulièrement remontés contre Robinhood, l’appli "gratuite" de courtage la plus populaire. Le service qui se présente comme un moyen de démocratiser la Bourse est accusé de "trahison" sur Reddit et de "protéger les riches" contre les petits investisseurs. Ces derniers soupçonnent, sans en avoir la preuve, que Robinhood a cédé aux pressions des grands acteurs du marché, qui sont aussi la principale source de rémunération de l’appli, en coupant le robinet à transactions sur les titres les plus volatiles.

Il faut dire que l’exploit des amateurs de Reddit – faire grimper l’action de GameStop de plus de 1 200 % depuis début janvier – a fait perdre beaucoup d’argent à plusieurs fonds d'investissement. Ces pros de la spéculation à court terme ont enregistré jusqu’à 70 milliards de dollars de pertes parce qu’ils avaient misé sur la descente aux enfers boursiers de GameStop et d’autres valeurs – comme BlackBerry, Nokia ou encore la chaîne de cinémas AMC – dont les actions ont au contraire été poussées vers des sommets par les investisseurs amateurs.

Ce bras de fer boursier a également attiré l’attention du monde politique américain. Alexandria Ocasio-Cortez, la plus médiatique représentante de l’aile gauche du Parti démocrate, a qualifié d'"inacceptable" la décision de Robinhood. Ce qui lui a valu de recevoir le soutien pour le moins inattendu de Ted Cruz, le très républicain sénateur pro-Trump du Texas. Sherrod Brown, le futur président du Comité sénatorial des États-Unis sur les banques, a quant à lui promis d’organiser des "auditions sur le fonctionnement actuel des marchés financiers" aux États-Unis.

Beaucoup de bruit pour rien ?

Tout ça parce que quelques dizaines de milliers d’internautes qui, un peu pour le "LOL", un peu par opposition idéologique à la spéculation et aussi par appât du gain, ont battu des pros de la finance à leur propre jeu. Pourtant, les sociétés concernées sont de second ordre. Apple, Procter & Gamble et les autres groupes du S&P500, l’indice des principales valeurs à Wall Street, ne sont nullement concernés. Et les 70 milliards de dollars de pertes doivent aussi être relativisés : "C’est sûr que le chiffre est impressionnant dans l’absolu, mais c’est un montant que le marché peut tout à fait absorber", précise Alexandre Baradez, responsable des analyses économiques pour le cabinet de conseil financier IG, contacté par France 24.

L'analyste financier ne pense cependant pas qu’il y a "beaucoup de bruit pour rien" autour de cette affaire. Car, outre les réactions des plateformes comme Robinhood, elle pourrait d’avoir d’autres conséquences sur le secteur financier, et notamment celle de provoquer un risque d’emballement. En effet, pour couvrir leurs pertes, les fonds spéculatifs doivent compenser en vendant d’autres titres. "Mus par la peur, ils pourraient faire des arbitrages susceptibles de déstabiliser l’ensemble de la place financière", explique Alexandre Baradez. D’où l’intérêt de "calmer la volatilité, car il y a une vraie crainte de l’effet domino", poursuit-il.

De GameStop à la prochaine crise financière, il n’y aurait qu’un pas ? En fait, l’affaire r/WallStreetBet n’est pas un épiphénomène sorti de nulle part qui menace, soudain, de tout bouleverser. Ce serait, d’après Alexandre Baradez, l’aboutissement d’une tendance boursière qui a commencé l’an dernier et s’est accélérée depuis l’élection de Joe Biden à la présidence américaine en novembre.

"Les investisseurs ont développé une sorte de sentiment de toute puissance, car il ne semble plus y avoir de risque à l’horizon avec l’argent de la Fed qui coule à flot et une présidence Biden qui apparaît moins chaotique que l’ère Trump. Dans ce contexte, il y a un appétit pour la prise de risque qui s’est développé", détaille Alexandre Baradez. Résultat : des spéculateurs qui spéculent à tout va et des investisseurs individuels convaincus qu’ils peuvent gagner contre ces mastodontes de la finance. "Les crises découlent souvent de situations où l’on pense qu’on ne risque rien", résume cet expert.

Tiers état financier contre noblesse de Bourse ?

L’irruption de ces investisseurs du dimanche sur la scène boursière est également un phénomène nouveau et inattendu "auquel le marché et les régulateurs doivent encore s’adapter", souligne Alexandre Baradez. Plus facile à dire qu’à faire. "On ne sait pas jusqu’où ce mouvement peut aller et quels sont ses objectifs", résume-t-il.

Les posts sur Reddit et les quelques interviews accordées par certains de ces investisseurs donnent l’impression que "c’est l’expression d’une crise sociétale plus profonde, avec des individus ayant subi le contrecoup économique de la crise qui veulent s’en prendre à l’establishment financier symbolisé par les fonds spéculatifs", note l’analyste financier. Une sorte de redite à l’heure de Reddit de la volonté d’un tiers état financier, qui veut abolir les privilèges de la noblesse de Bourse.

Mais d’autres, comme le souligne The Guardian, semblent uniquement mus par l’appât du gain ou la volonté de s’amuser au dépens des puissants. Difficile donc de savoir si ce mouvement va s’essouffler une fois l’effet "LOL" passé, ou s’il va s’installer dans la durée. Une inconnue qui pèse aussi sur le comportement des investisseurs qui ont une sainte horreur de l’incertitude.

Et s’il s’avère que ce type de mouvement peut déstabiliser en profondeur le marché, comment en prévenir les excès ? "C’est un vrai casse-tête car on ne va quand même pas interdire les forums", reconnaît Alexandre Baradez. Il pourrait donc y avoir, après la crise de la bulle Internet et la crise des subprimes, celle de Reddit. Chaque époque a les crises qu’elle mérite.