Affaire Gabriel Matzneff: Vanessa Springora pointe du doigt l'"hypocrisie" d'une époque

1 / 2

Affaire Gabriel Matzneff: Vanessa Springora pointe du doigt l'"hypocrisie" d'une époque

Vanessa Springora, qui raconte dans un livre à paraître jeudi sa relation sous emprise, à 14 ans, avec l'écrivain Gabriel Matzneff, a dénoncé mercredi les "dysfonctionnements" des institutions et "l'hypocrisie de toute une époque".

"Je l'ai rencontré en 1986. On le connaissait. Il y a eu un dysfonctionnement de toutes les institutions: scolaire, policière, hospitalière... C'est ça qui est sidérant face à un militant de la cause pédophile qui a publié des textes en ce sens et qui s'en glorifie", dit-elle dans un entretien publié ce mercredi soir par Le Parisien.

Un goût autoproclamé pour les jeunes adolescents

"Ce n'était pourtant pas très difficile de savoir qui était Matzneff à l'époque", ajoute l'éditrice de 47 ans, évoquant les "citations terrifiantes" de son ouvrage "Les moins de seize ans".

Le goût autoproclamé de l'écrivain de 83 ans pour les mineures et pour le tourisme sexuel avec de jeunes garçons en Asie avait jusqu'ici très peu fait ciller. La sortie du livre "Le Consentement" semble être en train de changer la donne.

Réagissant aux regrets exprimés par l'ancien animateur télé Bernard Pivot accusé de complaisance avec l'écrivain, Vanessa Springora se dit "étonnée" qu'il soit le seul à avoir fait cette démarche.

"Davantage que cette chasse à l'homme qui est en train de se mettre en place vis-à-vis de Matzneff, un vieux monsieur dans la misère qui n'est plus en mesure de nuire à qui que ce soit, pour moi,...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi