« Une affaire française » : les époux Villemin regrettent un manque de délicatesse

·1 min de lecture
La famille Villemin dans la fiction « Une affaire française ».
La famille Villemin dans la fiction « Une affaire française ».

3,76 millions de téléspectateurs pour 17,9 % de part d?audience. Audience en demi-teinte pour les deux premiers épisodes d?Une affaire française, la minisérie de TF1 retraçant l?enquête sur la mort du petit Grégory, retrouvé noyé dans la Vologne en 1984, qui rassemble moins que L?amour est dans le pré, le sacro-saint programme de dating rural de M6. On est loin du raz-de-marée que l?on pouvait espérer au vu du phénomène de société qu?est devenue cette affaire. Il faut dire que le choix risqué de l?adapter sous la forme d'une fiction a pu rebuter, voire choquer, certains téléspectateurs. Il est facile de constater, via les réactions des internautes sur les réseaux sociaux hier soir, au moment de la diffusion des deux premiers épisodes de cette série qui en compte six, que TF1 est loin d?avoir fait l?unanimité. La chaîne s?est notamment vue accusée de « surfer sur le macabre ».

« La série qui vous est présentée est une ?uvre de fiction inspirée de faits réels. Elle porte sur l?une des plus grandes affaires françaises, toujours non élucidée à ce jour. » Le panneau diffusé avant le premier épisode d?Une affaire française prend toutes les précautions nécessaires inhérentes à ce type de fiction. Mais, dans le cas de l?affaire ultra-médiatisée depuis bientôt quarante ans dite « du petit Grégory », qui a déjà donné lieu à une d?adaptation sur France 3 en 2006, l?avertissement se révèle lourd de sens et cache mal la fébrilité du diffuseur et de Cheyenne Federation [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles