Affaire Fiona: Cécile Bourgeon demande à sortir de prison

·2 min de lecture

Cécile Bourgeon, condamnée à 20 ans de réclusion criminelle en décembre pour avoir porté des coups fatals à sa fille Fiona en 2013 en Auvergne, demande à être remise en liberté dans l'attente de l'examen de son pourvoi en cassation.

Cécile Bourgeon, condamnée à 20 ans de réclusion criminelle en décembre pour avoir porté des coups fatals à sa fille Fiona en 2013 en Auvergne, demande à être remise en liberté dans l'attente de l'examen de son pourvoi en cassation. "Elle est aujourd'hui en détention provisoire depuis 70 mois (cumulés, ndlr), pour des faits qui ont huit ans. Si vous me dites que c'est une durée 'raisonnable', comme l'exige le législateur, où fixerez-vous le curseur ?", a plaidé jeudi son avocat, Renaud Portejoie, devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Lyon.

Cécile Bourgeon, 33 ans, s'est pourvue en cassation après le verdict de la cour d'assises d'appel du Rhône, qui a également condamné son ex-compagnon et co-accusé Berkane Makhlouf à 18 ans de réclusion. Le couple, toxicomane à l'époque, avait signalé la disparition de Fiona le 12 mai 2013, faisant croire à un enlèvement dans un parc de Clermont-Ferrand. Après quatre mois d'enquête, ils avaient avoué que la fillette était morte et enterrée près d'un lac. Le corps n'a jamais été retrouvé. Depuis, Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf se sont rejeté la responsabilité du décès. Jugés en première instance en 2016, la première avait été acquittée des coups mortels et condamnée à cinq ans de prison pour avoir menti, le second écopant de 20 ans de réclusion.

"Rien à craindre"

En appel, les deux accusés ont été condamnés à 20 ans en 2018. La Cour de cassation a annulé cet arrêt de la cour d'assises de Haute-Loire en 2019, renvoyant l'affaire devant celle du Rhône fin 2020. Jeudi, le parquet général s'est opposé à une remise en liberté, arguant d'un risque de fuite de Cécile Bourgeon après sa nouvelle condamnation à 20 ans de réclusion, et du trouble à l'ordre public causé(...)


Lire la suite sur Paris Match