Affaire de la ferraille : le coup de pression du corbeau de Villecresnes

Denis Courtine
Villecresnes, ce lundi matin. La photo reçue ce matin par courrier dans la boîte aux lettres de Marie-Renée Aurousseau, ancienne adjointe au maire

Au moins trois personnes soutenant le lanceur d’alerte de cette affaire de vol de métaux au sein des services techniques de la ville ont reçu cette photo par courrier postal ce lundi matin.


Il aurait pu faire sourire ce bonhomme avec son gros nez, sa moustache rousse et sa bouteille de vin. Mais à vrai dire, en ce moment, on ne rigole plus trop à Villecresnes. En tout cas, certainement pas ceux qui ont reçu ce lundi matin cette photo par courrier postal.

L’ancien maire et président de l’association d’opposition Daniel Wappler, l’ex adjointe aux travaux Marie-Renée Aurousseau, qui a porté plainte dans la foulée au commissariat de Boissy, et un employé communal ont, au moins, été la cible de ce corbeau.

Le message est plutôt clair, même si aucun propos n’accompagne le cliché. Sur une table, un exemplaire du Parisien du 19 février dans lequel nous révélions qu’un trafic de ferraille était organisé aux services techniques de la mairie de Villecresnes. Pendant leurs heures de travail, une demi-douzaine d’employés avaient volé des métaux sur une friche appartenant à la Poste. Et les avaient revendus à leur propre compte en utilisant le camion de la ville.

Comment le directeur des services techniques Christophe Mauger pouvait-il ignorer les agissements de ses employés pendant leurs heures de travail ? Pourquoi le maire (LR) Gérard Guille a-t-il mis près de deux ans à ouvrir une enquête administrative sous la pression de son ancienne directrice générale des services ? Le groupe financier du SDPJ 94 continue d’enquêter sur cette affaire.

Mais en attendant, l’un des fonctionnaires qui a dénoncé l’affaire, toujours en place aux services techniques, subit encore des coups de pression. Sur la photo, c’est bien lui qui est représenté devant son bol de café (une référence à la photo parue dans nos colonnes). A sa gauche, une boîte d’antalgiques. Il y a deux semaines, un homme est descendu de la mairie pour l’insulter et lui cracher dessus. Il a déposé plainte.

Ambiance délétère en (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Limeil : un taxi braqué pour 120 euros
Santeny : des pétards jetés chez une adjointe au maire
Yerres : cinq mois après les législatives, où sont passés « les Idiots utiles » ?
Villecresnes : Allemagne, France et Italie se souviennent de la Guerre
Yerres : une boutique éphémère pour animer le centre-ville

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages