Affaire Epstein : révélations sur des vidéos compromettantes de Donald Trump et Bill Clinton

·1 min de lecture

Nouveau rebondissement dans l'affaire Jeffrey Epstein. D'après un ouvrage paru la semaine dernière, Ghislaine Maxwell, ex-collaboratrice de l'homme d'affaires, aurait révélé à l'auteur du livre, Ira Rosen, être au courant de vidéos compromettantes de Donald Trump et Bill Clinton. Photographiés à plusieurs reprises aux côtés du prédateur sexuel, les deux anciens présidents américains avaient des liens avec Jeffrey Epstein, condamné pour avoir abusé sexuellement de dizaines de mineures dans ses propriétés. Ce dernier s'est suicidé en se pendant dans sa cellule, le 10 août 2019, Donald Trump n’hésitant pas à se demander s’il n’avait pas été tué. De son côté, Ghislaine Maxwell a été mise en examen et incarcérée dans une prison de Brooklyn, à New York, pour trafic de mineures et incitation à la prostitution.

Comme le relate TMZ, ce samedi 20 février, Ghislaine Maxwell aurait été piégée par Ira Rosen, un ancien collaborateur de la chaîne américaine CBS, alors que se profilait, en 2016, l'élection américaine opposant Donald Trump à Hillary Clinton. D'après son ouvrage Ticking Clock: Behind the Scenes at 60 Minutes, Ira Rosen aurait joué un jeu de dupes à Ghislaine Maxwell, avec une idée en tête : lui faire avouer sa connaissance de vidéos secrètes de Donald Trump, en prétendant être déjà au courant de leur existence. "Je veux les vidéos, je sais qu'Epstein filmait tout le monde et je veux les vidéos de Trump avec les filles", lui aurait-il dit, tout en évoquant l'idée que le milliardaire (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"Vieux dinosaures sexistes" : les détracteurs de Carrie Symonds, compagne de Boris Johnson, épinglés
Laura Smet rayonnante : petit selfie, pluie de compliments
Alain Bashung et Chloé Mons : nouvelle vie pour leur fille Poppée, "je vais prendre mon appart"
PHOTO : Dominique Farrugia transformé, dévoile son impressionnante perte de poids
Gabriel Attal intransigeant : "Marine Le Pen doit être reconduite à la frontière de la vie politique"