Affaire Epstein : le prince Andrew admet être visé par une plainte

·1 min de lecture
Le deuxième fils de la reine Elizabeth, le prince Andrew, a été accusé publiquement d’agressions sexuelles.
Le deuxième fils de la reine Elizabeth, le prince Andrew, a été accusé publiquement d’agressions sexuelles.

Pour la famille royale britannique, l?affaire est très embarrassante. Le deuxième fils de la reine Elizabeth, le prince Andrew, a été accusé publiquement d?agressions sexuelles. Début août, une Américaine prénommée Virginia Giuffre, a déposé une plainte devant le tribunal fédéral de Manhattan, pour des faits qui se seraient produits il y a plus de 20 ans, quand elle était encore mineure. Le prince Andrew vient de reconnaître être visé par une procédure officielle, dans le cadre de l?enquête sur les crimes sexuels du financier américain mort en prison Jeffrey Epstein, selon un document de la justice américaine.

Cette plainte, datée du 9 août, avait été officiellement remise le 27 août au domicile royal de Windsor, en l?absence du prince Andrew, mais il en contestait depuis dix jours la remise et la notification officielles.

Un vaste trafic sexuel

D?après des documents judiciaires consultés vendredi par l?Agence France-Presse, le duc d?York a finalement accepté le fait que la plainte lui avait été effectivement et officiellement remise. Ses avocats et son accusatrice sont convenus que cette notification de plainte remontait au 21 septembre ; et non plus au 27 août. Le prince Andrew, âgé de 61 ans, a jusqu?au 29 octobre pour y répondre.

À LIRE AUSSIRoyauté : nouvelles accusations d?agression sexuelle à Buckingham

Selon la plainte de Virginia Giuffre, il était « l?un des hommes puissants » à qui elle avait été « remise dans un but sexuel » quand elle fut la victime [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles