Affaire Epstein : l'agent de mannequins français Jean-Luc Brunel mis en examen et écroué

·2 min de lecture

Accusé de viols et soupçonné d'avoir été rabatteur pour le milliardaire américain Jeffrey Epstein, l'agent de mannequins français Jean-Luc Brunel a été mis en examen vendredi et placé en détention provisoire. 

L'agent de mannequins français Jean-Luc Brunel, soupçonné d'avoir joué le rôle de rabatteur pour le milliardaire américain Jeffrey Epstein et accusé de viols par plusieurs anciens top models, a été mis en examen vendredi soir et placé en détention provisoire, a annoncé samedi le procureur de Paris. Le septuagénaire, interpellé et placé en garde à vue mercredi à l'aéroport Charles-de-Gaulle alors qu'il allait s'envoler pour Dakar, a été mis en examen vendredi soir pour «viols sur mineur de plus de 15 ans» et «harcèlement sexuel», a précisé le procureur Rémy Heitz dans un communiqué confirmant une information du «Parisien».

Jean-Luc Brunel a été placé sous le statut intermédiaire de témoin assisté pour les faits de «traite des êtres humains aggravée au préjudice de victimes mineures aux fins d'exploitation sexuelle», également objets de cette enquête miroir des investigations de la justice américaine sur le scandale sexuel impliquant Jeffrey Epstein, mort en prison en août 2019. «C'est ce qu'attendaient les victimes depuis de longues années, pour certaines depuis plus de 30 ans», a réagi l'avocate Me Anne-Claire Lejeune, qui défend plusieurs plaignantes. «Cette mise en examen matérialise la parole des victimes et donne du sens à ce qu'elles ont dit toutes ses années», a ajouté l'avocate.

A lire aussi :Jeffrey Epstein : enquête à Orgy Island

Plusieurs accusations de viols et harcèlement sexuel

Quasi disparu des radars depuis des années, Jean-Luc Brunel a été accusé aux Etats-Unis par au moins deux femmes d'avoir joué le rabatteur pour Jeffrey Epstein, amenant aux Etats-Unis des «jeunes filles» de milieux modestes en leur faisant miroiter des jobs dans le mannequinat. Financier milliardaire, Jeffrey Epstein avait été(...)


Lire la suite sur Paris Match