Affaire Epstein : le Français Jean-Luc Brunel mis en examen et écroué

M.D.
·2 min de lecture
L'agent de mannequins Jean-Luc Brunel, ancien proche de Jeffrey Epstein - BFMTV

L'agent de mannequins, proche du milliardaire américain mort en 2019, a été accusé de viols par plusieurs anciens top models.

Son nom est associé à celui de Jeffrey Epstein, accusé d'abus sexuels sur mineures aux États-Unis. Le Français Jean-Luc Brunel, agent de mannequins et proche du milliardaire américain mort en 2019, a été mis en examen et écroué pour "viols sur mineur" et "harcèlement sexuel", a annoncé le procureur de la République ce samedi matin, confirmant une information du Parisien. Il a également été placé sous le statut de témoin assisté du chef de traite des êtres humains aggravée au préjudice de victimes mineures aux fins d'exploitation sexuelle.

Le septuagénaire avait été interpellé mercredi à Roissy et placé en garde à vue. Selon une source proche du dossier, il a été interpellé à l'aéroport alors qu'il s'apprêtait à prendre un avion pour Dakar.

Un appel à témoins lancé

Jean-Luc Brunel a été accusé de viols par plusieurs anciens top models. Il est également soupçonné d'avoir repéré des jeunes femmes pour le financier américain Jeffrey Epstein, retrouvé mort en prison début août 2019. Il conteste les faits.

L'enquête ouverte le 23 août 2019 et confiée à l'Office central de répression des violences à la personne, a donné lieu à un appel à témoins et à plusieurs centaines d'auditions mais nombre des accusations concernent des faits prescrits, selon des sources concordantes.

Déjà des accusations aux États-Unis

Dans une première enquête contre Jeffrey Epstein aux États-Unis, close en 2007, deux femmes avaient déjà accusé Jean-Luc Brunel de jouer le rôle de rabatteur pour le financier américain, amenant aux États-Unis des jeunes filles de milieux modestes en leur faisant miroiter une carrière de mannequin.

Jeffrey Epstein a été retrouvé mort le 10 août dans sa cellule à New York. Il avait été arrêté et inculpé en juillet pour avoir organisé, entre 2002 à 2005, un réseau de jeunes filles avec lesquelles il aurait eu des rapports sexuels contraints.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :