Affaire Duhamel : de nouvelles têtes vont-elles tomber ?

·1 min de lecture

Un parfum de révolte embaume Sciences Po. Le 7 janvier dernier, le directeur de l’institut d’études politiques, Frédéric Mion, a admis avoir été informé des accusations dont fait l’objet Olivier Duhamel, qui présidait la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) - instance qui gère le budget et valide la stratégie de l’école -, deux ans avant que Camille Kouchner sorte son livre et que l'affaire Duhamel explose. D'après lui, l’ancienne ministre de la culture Aurélie Filippetti l'aurait mis au parfum. Selon les révélations du Figaro ce vendredi 15 janvier, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, a saisi l’inspection générale. Cette mission doit permettre d’“établir la chronologie des faits, la responsabilité de chacun et les éventuelles failles dans l’organisation de la gouvernance”. Des conclusions devraient être tirées dans les semaines à venir, comme le précise le quotidien.

Cette décision serait le fruit d’un “un fort émoi dans et hors de l’établissement”, comme elle l’a expliqué au Figaro ce vendredi 15 janvier. Des centaines d’étudiants, professeurs et salariés de Sciences Po ont en effet demandé la démission de Frédéric Mion dans une lettre ouverte, comme l’a rapporté Libération, ce mercredi 13 janvier, l’accusant d’avoir participé à l’omerta. “Il est inconcevable, en étant à la tête d’une telle institution et d’autant plus lorsque l’on se vante de son implication dans la lutte contre les violences sexistes et (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO - "600 menaces de mort" : Benjamin Castaldi terriblement inquiet pour son frère
PHOTOS - Jazmin Grimaldi : de jeune californienne à héritière, la fille d'Albert II resplendissante et engagée
Jean Castex "remplit sa fiche de poste" : il est là "pour durer et endurer"
Meghan Markle et Harry : on sait enfin qui va les remplacer sur le devant de la scène royale
Emmanuel Macron : viré pour violences conjugales, la promotion de son ex-conseiller ne passe pas