Affaire Duhamel: Démission du directeur de Sciences Po, Frédéric Mion

·2 min de lecture

PARIS (Reuters) - Le directeur de Sciences Po, Frédéric Mion, a démissionné de ses fonctions suite aux accusations d'inceste visant le constitutionnaliste et politologue Olivier Duhamel, qui enseignait dans la prestigieuse école parisienne.

Le mois dernier, "Victor" Kouchner a déposé plainte contre son ex-beau-père Olivier Duhamel après l'ouverture d'une enquête préliminaire diligentée par le parquet de Paris pour viols et agressions sexuelles, y compris sur mineur.

L'affaire a secoué la France et provoqué un examen de la législation dans le but de l'adapter et mieux protéger les victimes d'inceste et de violences sexuelles.

Depuis lors, les étudiants de Sciences Po avaient réclamé la démission du directeur de l'école, qui aurait eu connaissance dès 2019 des accusations d'inceste visant Olivier Duhamel.

Frédéric Mion a déclaré dans une lettre aux étudiants et enseignants de Sciences Po qu'il avait "décidé de présenter (sa) démission aux membres de nos conseils et à la ministre de l'Enseignement supérieur", ajoutant espérer que cette démarche "permettra le retour à la sérénité si nécessaire au travail de toutes et de tous".

"J'ai jugé en conscience que mon devoir était de ne pas quitter mon poste avant que soit menée à bien l'enquête diligentée, à la demande de la ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, par l'Inspection générale de l'éducation, du sport et de la jeunesse", écrit-il.

"Le rapport provisoire de cette inspection, qui m'a été adressé ce jour, confirme qu'aucun système de silence concerté ou de complaisance n'a existé au sein de notre établissement (...) Le rapport pointe toutefois de ma part des erreurs de jugement, dans le traitement des allégations dont j'avais eu communication en 2018, ainsi que des incohérences dans la manière dont je me suis exprimé sur le déroulement de cette affaire après qu'elle a éclaté. Je mesure le trouble qui en résulte et j'en assume l'entière responsabilité", ajoute-t-il.

(Gwenaelle Barzic et Michel Rose)