Affaire Duhamel : "Cela me serre le coeur", les regrets d'Alain Finkielkraut... pour sa famille

·1 min de lecture

Les mots de trop qui ont fini par justifier un licenciement. Après ses propos violents contre Caroline de Haas sur la culture du viol en novembre 2019, Alain Finkielkraut a de nouveau créé la polémique, le 11 janvier dernier. Interrogé sur l'affaire Olivier Duhamel (le politologue est accusé d'inceste par son ex-belle-fille, Camille Kouchner), le philosophe a notamment dénoncé "le lynchage" dont était victime l'intellectuel de gauche. Une intervention qui lui a valu d'être congédié par LCI. "La direction de la chaîne condamne les propos tenus par Alain Finkielkraut sur son antenne. La chaîne info du Groupe TF1 rappelle qu’elle fait du débat d’idées, argumenté et respectueux, une priorité de sa ligne éditoriale", a fait savoir la chaîne. Depuis, l'écrivain est conspué sur les réseaux sociaux et dans la sphère médiatique. Une situation qui met à mal lui et sa famille.

C'est ce que dévoile l'essayiste dans une interview accordée au Point, ce 19 janvier. S'il ne veut en rien présenter ses excuses, Alain Finkielkraut exprime tout de même quelques sources de chagrin. "J'ai deux regrets. J'ai été naïf en oubliant que les réseaux sociaux font désormais la loi. Et j'ai été égoïste en oubliant que je n'étais pas le seul à porter mon nom", confie-t-il, auprès de notre consoeur. "D'autres que moi qui devraient avoir le droit d'exister par eux-mêmes sont contraints de répondre de ce que la mauvaise foi ambiante appelle mes 'dérapages'. Cela me serre le cœur."

Pour rappel, Alain Finkielkraut (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"On s'en serait passé" : Bruno Le Maire embarrasse Emmanuel Macron
PHOTOS - Hugues Aufray : qui est Muriel, sa "jeune compagne" ?
Martine Aubry « agressive et irresponsable » : une ministre hausse le ton
Jean-Pierre Bacri secret sur sa maladie : "Il ne parlait pas de sa santé"
Affaire Delphine Jubillar : sa famille met les points sur les "i"