Affaire Duhamel : comment Camille Kouchner en a parlé à ses enfants dès 6 ans

·1 min de lecture

Longtemps plongée dans le silence, Camille Kouchner ne veut plus se taire. Invitée sur le plateau de Quotidien ce lundi 15 février, l'universitaire, qui a récemment bouleversé le monde médiatique en révélant les faits d'inceste commis par Olivier Duhamel sur son frère jumeau lorsqu'ils étaient adolescents, a également accepté d'évoquer ses propres enfants. Sur les conseils d'une psychologue, la fille de Bernard Kouchner leur a d'abord parlé des blessures familiales à demi-mots, en passant certains détails sous silence. "Petits, c'était compliqué. Je leur ai aussi racontés à quel point ma mère était quelqu'un de merveilleux. Il fallait qu'ils arrivent à comprendre Docteur Jekyll et Mr Hyde. J'ai toujours dit que j'avais la meilleure mère de la terre, ce que je pense, jusqu'à un certain point, et qu'au bout d'un moment, j'ai sur les conseils d'un psy dit qu'ils avaient été maltraitants avec nous", a-t-elle expliqué.

Puis d'ajouter : "J'ai pu raconter aussi que ma mère avait perdu ses parents et qu'elle avait un peu dévissé, qu'il y avait beaucoup d'alcool, qu'elle était agressive, je n'ai raconté que cette partie-là. J'ai attendu qu'ils posent des questions. Récemment ma fille qui a 15 ans m'a dit 'mais explique-moi mieux'. Maman de deux enfants de 15 et 12 ans nés de sa relation avec son ex-mari Thomas Bidegain, Camille Kouchner a tenu à les protéger de ses blessures personnelles, tout en faisant preuve d'honnêteté pour qu'ils comprennent son histoire. Lors d'une interview pour (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Anne-Claire Coudray marque sa différence avec Karine Baste-Régis : "Je n'arrive pas à comprendre"
VIDEO - Nicoletta a vécu une expérience de mort imminente : "Pendant des années, je n'en ai pas parlé"
VIDEO - "Christophe voyait son fils en cachette" : les révélations de Michèle Torr
Accusé d'inceste, Richard Berry a hâte "de pouvoir s'exprimer devant les enquêteurs"
"Une santé d'ours" : Juan Carlos dément fermement être à l'article de la mort